Share this...
Facebook
Twitter

Sousana Djamaladinova (Crimée : Sousana Camaladinova), mieux connue sous le nom de Djamala, est une chanteuse ukrainienne d’origine tatare de Crimée et arménienne. En 2016, Djamala a remporté le Concours Eurovision de la chanson avec sa chanson « 1944 », dédiée à la tragédie de la déportation des Tatars de Crimée.

Comme de nombreux habitants de la péninsule, Djamala n’était pas en Crimée, occupée par la Fédération de Russie en février 2014, pendant des années. Elle n’est pas interdite d’entrer dans la péninsule, comme Moustafa Djemilev par exemple, mais pour des raisons de sécurité, elle ne s’y rend pas.

La Russie a occupé la péninsule de Crimée à la suite de l’agression armée contre l’Ukraine, qui se poursuit à ce jour. Le rejet violent et illégal d’une partie de l’Ukraine et son incorporation illégale à la Fédération de Russie ne sont pas reconnus par la plupart des pays et des organisations internationales.

Dans la série «Native Crimea », créée en partenariat avec l’Institut Ukrainien, les héros portant des lunettes de réalité virtuelle observent leurs lieux emblématiques de la Crimée, et partagent des pensées et des souvenirs de leur péninsule natale.

Photo : Sergueï Korovainy.

Djamala

Djamala est née en 1983 dans la ville d’Osh au Kirghizistan, mais considère que sa véritable patrie est Küçük Özen (Crimée : Küçük Özen, depuis 1945 — Malorichenske) — le village natal de son père Alim Djamaladinov à proximité… La famille de son père, comme le reste des Tatars de Crimée, a été déportée en Asie centrale le 18 mai 1944. Au Kirghizistan, Alim a rencontré sa future épouse et la mère de Djamala, Galina Toumasova, une Arménienne dont la famille a été forcée de quitter le Haut-Karabakh parce qu’elle était dépossédée.

À l’époque soviétique, il était interdit aux Tatars de Crimée déportés de vivre et d’acheter des biens immobiliers en Crimée, mais toutes ces années, la famille Djamaladin espérait retourner dans la péninsule. Finalement, ils se sont installés dans le village de Koutchuk-Ozen.

La dernière fois que Djamala était en Crimée, c’était en 2014 — elle a rencontré sa sœur Evelina et sa famille. Elle avait aussi très envie de voir son grand-père, qui était malade à l’époque.

— Nous nous sommes rassemblés sur le rivage, avons fait du pilaf, parlé. Je suis très heureuse que nous ayons réussi à faire cette rencontre. C’était le moment où les trains directs d’Odessa n’avaient pas encore été supprimés et ces deux frontières n’existaient pas encore. Nous nous sommes rencontrés et avons passé un très bon moment, même si tout le monde était de mauvaise humeur. On ne savait pas combien de temps c’était et à quel point c’était grave.

En mai 2017, Ayyar Djamaladinov, le grand-père de Djamala, est décédé en Crimée. Elle ne pouvait pas aller à l’enterrement.

— Dans la tradition musulmane, une personne est enterrée très rapidement. Et donc je ne pensais même pas que je pourrais avoir le temps d’aller aux funérailles de mon grand-père. Puis ma tante est morte. J’ai aussi compris qu’ils n’en avaient plus besoin. J’ai besoin de dire au revoir plus qu’une personne qui est déjà morte.

Les parents de Djamala continuent de vivre sur la péninsule. Chaque jour, ils parlent à leur fille via Internet, regardent leurs petits-enfants. Djamala pense qu’elle n’a pas eu la possibilité de choisir de retourner ou non en Crimée. Les circonstances ont tout décidé.

— C’est là que ma liberté s’arrête. Je n’ai pas décidé de ne pas y aller, ils ont décidé pour moi. Je me sens en cage maintenant et très impuissante. Si j’avais décidé, je serais partie. C’est l’Ukraine, c’est ma Patrie, il y a tellement d’événements qui sont très importants pour ma vie, mais je ne peux pas y aller. Et je ne sais pas quand ma liberté reviendra.

Photo : Sergueï Korovainy.

Chaque semaine, Djamala et ses fils, son mari Seit-Bekir Souleymanov et ses parents se réunissent pour un dîner de famille : ils préparent des plats traditionnels tatars de Crimée, parlent leur langue maternelle afin que les enfants puissent l’intégrer dans leur vie et rester en contact avec la Crimée.

— Il est très important que mes fils sachent que leur Patrie est l’Ukraine, la Crimée. Oui, ils sont nés à Kyiv, mais leurs racines sont toujours de Crimée.

Selon Djamala, on parle très peu de la Crimée dans l’espace d’information ukrainien. Cela peut être dû à la capacité humaine de s’habituer à n’importe quelle circonstance : des frontières avec la péninsule aux violations des droits de ses habitants. Comment changer cela ? Dire et se rappeler que la Crimée et Donbass retourneront à l’Ukraine, que les gens qui y vivent sont notre peuple.

— Nous sommes fatigués de parler de la guerre, de l’occupation. Nous sommes fatigués. Et comment les Tatars de Crimée sont-ils revenus après la déportation en 1944 ? Combien d’années a-t-il fallu pour revenir? Et s’ils sont fatigués ? Je ne saurais pas ce qu’est la Crimée. Sommes-nous fatigués dans 5 ans ? Sérieusement ? Je n’ai pas de mots pour ceux qui disent qu’ils sont fatigués. Nous devons être un pour gagner, il n’y a pas de victoire sans unité, à mon avis.

Musique et raisins. Koutchouk-Ozen

Koutchouk-Ozen est un village balnéaire sur la côte sud de la Crimée, à 25 kilomètres au nord-est d’Alouchta. La famille Djamaladin a déménagé dans ce village à la fin des années 1980.

Djamala a grandi dans une famille de musiciens (son père était chef d’orchestre, sa mère était professeur de piano dans une école de musique), elle aimait donc la musique et le chant dès son plus jeune âge. Au bout de la rue Vynohradna dans le village, là où commencent les vignes et les montagnes, la petite Djamala faisait paître des moutons, cueillait des raisins et des feuilles de vigne pour sa mère. Et chantait.

— Il y a eu un moment où j’ai ressenti, probablement, une liberté à cent pour cent et que personne ne m’entend. Et les moutons, s’ils entendent, ils ne le diront à personne. Mais une fois, pendant que ma mère et moi attendions un minibus pour Alouchta, une voiture s’est arrêtée près de nous et l’homme a dit : « Asseyez-vous, chanteuse !» Maman dit : « Comment sais-tu qu’elle chante ?» Et il dit : « Eh bien, d’où ? J’ai une maison près du vignoble et je sais qu’elle vient quelque part après deux heures. Je m’assieds et je l’écoute chanter… ».

Djamala à la terrasse du café familial Djamaladinov, Koutchouk-Ozen (Malorichenske), 2000.

La rue Vynohradna traverse tout le village et à l’autre extrémité se dirige vers la côte de la mer, le quai et la jetée. Il y avait un café familial près de la jetée, où Djamala et sa sœur aînée Evelina aidaient leurs parents et gagnaient leur premier argent.

— C’est mon rivage, ma jetée. J’ai appris à nager là-bas et nous y avions un si petit café. Je faisais la vaisselle, coupais des salades, mon père faisait du pilaf ou des brochettes.

Les bons jours il y avait de la truite grillée, les mauvais jours il n’y avait que du pilaf et des brochettes d’agneau. Ma mère a fait manty (une sorte de boulette — ndlr.) et l‘a ramenée vers le rivage. Nous les vendions en portions et pendant la journée, il y avait suffisamment de gens qui venaient juste dîner.

En regardant son école de musique, Djamala ne l’a pas reconnue au début, car le bâtiment a été réparé et peint, et maintenant il ressemble « plus à un sanatorium ». Ici, la chanteuse a étudié le piano, d’abord avec sa mère Galina Toumasova. Mais pas pour longtemps :

— Sais-tu ce qui se passe quand tu étudies avec tes parents ? Ma mère a essayé de me mettre en dernier pour rentrer à la maison ensemble. Et ça s’est passé comme ça : « Maman, une série télé commence là, rentrons à la maison ! Entraînons-nous à la maison ! » Quand nous arrivons à la maison, les tâches ménagères commencent et il n’y aplusde temps pour les cours de piano.

L’école de musique est située dans un ancien bâtiment tatar de Crimée à deux étages. L’étudiant de Djamala a vu des personnes expulsées de cette maison arriver avec des documents de propriété.

— A cette époque, avoir une si grande maison, qui deviendrait une école de musique, signifiait richesse. Ces gens venaient d’Asie centrale. Ils avaient des documents pour cette maison, mais on leur a dit : « On est désolé, c’est une école de musique maintenant. Cherchez un nouveau lieu ». Comme un enfant, je me souviens qu’il était un peu bizarre qu’ils soient simplement renvoyés. Cela ne les dérange pas qu’elle soit transformée en une école de musique maintenant, mais une autre question se pose alors : donnez-nous un nouvel endroit où vivre. Je me souviens très bien de ce fragment quand j’étais enfant.

Djamala (centre) près de la maison de la famille Djamaladin. Extrême gauche — père, Alim Djamaladinov. Koutchouk-Ozen (Malorichenske), 2000.

La figue de grand-père. Quru-Ozen

Quru Özen (Crimée : Quru Özen, depuis 1945 — Sonyachnohirsʹke) est un village de Crimée sur la côte de la mer Noire, à côté de l’actuel Malorichensky. Dans ce village pousse un jardin de figues planté par le grand-père de Djamala, Ayar Djamaladinov. Les figues sont récoltées deux fois par an. Maintenant, mon père s’occupe du jardin. Il ramasse des figues et les amène au marché.

— J’adore nos figues, elles sont spéciales car elles sont cueillies avec amour. Le père ne fait confiance à personne. On lui dit depuis longtemps : « Prends quelqu’un pour t’aider avec les figues ! » Il ne recueille que lui-même — il met chaque figue dans une boîte. Génial ! Visiter la maison. C’est dommage que maintenant il n’y ait aucune possibilité d’y aller, mais c’est très cool, très beau. Ce n’est pas seulement une sorte de jardin de figues et tout. C’est comme un lieu de force, qui, je l’espère, restera pour mes enfants, et se transmettra de génération en génération.

Ayyar Djamaladinov a passé beaucoup de temps dans le jardin et a fait beaucoup d’efforts pour prendre soin des arbres. Djamala se souvient que lorsque son grand-père ne sortait pas du jardin pour lui dire au revoir avant de partir pour l’école, elle s’offusquait parfois et pensait que les arbres étaient plus importants pour lui que sa petite-fille. Mais au fil du temps, elle repensa à ces souvenirs.

— Il me semble que comme lorsque je chantais avec les moutons, lui il ressentait cette liberté avec les arbres. Je pense que cela est essentiel pour tout le monde. Sentez-vous calme, libre — avec les moutons, la mer ou les arbres. Cela manque beaucoup aujourd’hui . Je veux vraiment que mes enfants rentrent à la maison, voient mes lieux, ma mer de mes propres yeux. Et qu’ils avaient déjà leurs souvenirs, et ils pouvaient aussi se sentir libres et retrouver leur liberté, car il me semble qu’il est important que chacun trouve son lieu d’harmonie.

supporté par

Ce matériel a été traduit par le soutien de l'Institut Ukrainien

Le dossier est préparé par

L'auteur du projet:

Bogdan Logvynenko

Alim Alijev

Chef de projet:

Kateryna Polevianenko

Auteure:

Natalia Ponedilok

Rédactrice:

Yevheniia Sapozhnykova

Intervieweur:

Karina Piliugina

Panorama 360,

Monteur:

Serhij Korovajnyj

Opérateur caméra:

Oleg Sologub

Mykhaylo Shelest

Réalisateur:

Mykola Nosok

Éditeur photo:

Katya Akvarelna

Trascripteur audio:

Roman Azhniuk

Responsable de contenu:

Kateryna Yuzefyk

Traductrice:

Olena Tertyshnyk

Éditeur de traduction:

Mohamed Bedoui

Coordinatrice de la traduction:

Olga Gavrylyuk