Share this...
Facebook
Twitter

La Russie ne cesse pas d’affirmer qu’elle est le « pacificateur » et ne veut que de la paix. Dès le début du conflit militaire en Ukraine en 2014, il y avait toujours le discours du « sauvetage » des ceux qui ce pays semble protéger. Cela se passait pendant les décennies et le monde n’en était presque pas au courant. Seulement la résistance et le héroïsme des militaires ukrainiens ont montré au monde que ce n’est pas un conflit local mais plutôt la guerre globale.

Les militants prorusses de la Transnistrie nettoient l’arme en avril 1992 pendant les batailles pour la ville de Doubossary. Cette ville aussi s'est retrouvée sous le contrôle après la guerre. Photo : Getty Images

1992–1993 : la Russie a occupé la Transnistrie

Après la proclamation de l’indépendance de la Moldavie, une partie de pays a déclaré sa propre souveraineté qui est tout de suite devenue un régime contrôlé par le général Lebed. Il s’agit de la partie de pays ayant la base militaire avec la 14ème armée. La guerre a commencé et après la Transnistrie est devenue une zone grise reconnue par personne, avec l’économie ruinée et l’isolation internationale.

Entre 364-913 militaires russes et leurs mercenaires ont péri pendant 20 mois de la guerre.

Un homme dans la ville de Gori parmi les maisons détruites par les bombes russes. Photo : Chris Hondros pour Getty Images

1992–1993 : la Russie a provoqué la guerre abkhaze le 14 août 1992

Ayant soutenu les séparatistes abkhazes, la Russie a provoqué la guerre entre les séparatistes et le gouvernement de la Géorgie. Les Abkhazes ont reçu l’arme russe, les avions russes ont bombardé les objets civils sur le territoire contrôlé par la Géorgie, les navires militaires ont été utilisé pour le bombardement de Soukhoumi. La guerre s’est terminée par le retrait de l’Abkhazie de la Géorgie comme la Russie le voulait.

Les Abkhazes, soutenus par la Russie, ont tué 2220 militaires pendant une année de la guerre.

Les combats pour le Palais présidentiel à Grozny en 1995. Photo : Mikhail Evstafiev

1994–1996 : la première guerre russo-tchétchène

La Russie « aidait » aux autres pays à perdre la souveraineté et renforçait des intentions séparatistes tandis que le peuple tchétchène essayait de gagner l’indépendance. Cela a provoqué la guerre cruelle. La campagne des années 1994–1995 s’est terminée par la bataille dévastatrice de Grozny. Les troupes russes tentaient de prendre les régions montagnardes de la Tchétchénie sous leur contrôle. Malgré la supériorité numérique sur le plan de sources humaines et armement, les Russes ont été rejetés grâce à la guerre des partisans. La démoralisation et le refus de la société d’accepter la guerre cruelle ont forcé le gouvernement de Boris Yeltsine de cesser le feu en 1996.

Pendant 20 mois de la guerre, environ 5000 soldats russes ont péri d’après la source officielle. Ce nombre est 14 000 soldats d’après les données de l’Union des comités de mères de soldats de Russie.

Le militaire russe en arrière-plan de la ville tchétchène détruite

1999–2009 : la deuxième guerre russo-tchétchène

La deuxième guerre russo-tchétchène a duré dès l’été 1999 jusqu’au printemps 2009. Les actions de guerre se déroulaient en Tchétchénie et dans les régions frontalières du Caucase du Nord. La première phase de la guerre a duré jusqu’au printemps 2000 et s’est terminée par la proclamation d’un gouvernement tchétchène prorusse. Mais ce n’était pas la fin de la guerre. Lors de 9 ans suivants les services de renseignement russes faisaient la guerre contre le mouvement de résistance dans le Caucase du Nord. Anna Politkovska, une journaliste ayant les racines ukrainiennes, a écrit le livre sur cette guerre. On a tué Anna le jour d’anniversaire de Poutine en 2006. La salle du Parlement européen à Bruxelles est nommée en son honneur.

Lors de 10 ans, les troupes russes ont perdu 7300 soldats et mercenaires d’après la source officielle. Ce nombre est 14 000 soldats d’après les données de l’Union des comités de mères de soldats de Russie.

Tskhinvali, l’Ossétie du Sud. Le 10 août 2008. Photo : EPA

2008 : la guerre russo-géorgienne

Le 8 août 2008 les troupes russes ont commencé l’invasion de la Géorgie sous le prétexte de la « défense de la population » en utilisant les territoires des républiques séparatistes d’Ossétie du Nord et d’Abkhazie. Pendant cinq jours les avions russes ont attaqué les villes géorgiennes plus de 100 fois. Ils ont lancé des bombes sur les régions civiles en tuant et blessant les gens innocents. Depuis ce temps-là, l’Ossétie du Sud est une république non-reconnue sous le contrôle de la Russie.

Environ 170 militaires russes et leurs mercenaires ont péri pendant 6 jours de la guerre.

L’équipement militaire russe en Syrie. Photo : AFP

Share this...
Facebook
Twitter

Les militants du groupe PMC Wagner en Syrie

Share this...
Facebook
Twitter

2015–2022 : l’invasion de la Russie en Syrie

L’invasion de la Russie en Syrie est devenue un tournant dans la guerre civile syrienne qui a commencé en 2011. Au début de l’année 2015 le gouvernement de Bachar el-Assad, le président de la Syrie, était voué à l’échec. L’arme russe, le soutien aérien et les troupes ont renforcé la dictature de Assad et ont détruit la vie des millions de gens. Cette intervention de la dernière minute a aidé Assad à gagner la domination militaire sur les protestants à la fin de 2017 et cela dure jusqu’à nos jours.

Entre 321-444 militaires russes et leurs mercenaires ont péri pendant 6 ans de la guerre.

Les cyborgs dans l'aéroport de Donetsk. Photo : Sehii Loiko

2014–2022 : la guerre russo-ukrainienne

Au printemps de l’année 2014 la Russie a occupé la Crimée et a fait la tentative de créer les « républiques populaires » à l’est, au sud et au centre de l’Ukraine. Sous le prétexte du « mouvement pour l’indépendance » et avec le soutien des troupes russes les citoyens russes se sont emparés du pouvoir à Donetsk et à Lougansk. L’Ukraine a commencé l’opération antiterroriste. Après les combats violents des années 2014 et 2015, la guerre non déclarée à l’est de l’Ukraine est devenue la guerre « gelée ». Le 24 février 2022 la Russie a officiellement attaqué l’Ukraine en nommant son attaque une « opération ».

Il y a plus de 5 milles de soldats russes tués lors de juste quelques jours de cette guerre.

En 2022 l’Ukraine et tout le monde civilisé ont obtenu la chance d’arrêter les agressions militaires de l’ex-empire. Tout ce que la Russie touche dans l’arène internationale devient les cendres et les souffrances. Mais ils affirment que ce sont les « missions de pacification » et les « opérations spéciales » destinées à « protéger la population russophone et chrétienne ».

Le dossier est préparé par

L'auteur du projet:

Bogdan Logvynenko

Auteur:

Yevgen Monastyrskyi

Auteure:

Khrystyna Kulakovska

Rédactrice:

Yevheniia Sapozhnykova

Éditeur photo:

Yurij Stefaniak

Graphiste:

Glib Agieyenko

Responsable de contenu:

Yana Rusina

Traductrice:

Khrystyna Romashko