Share this...
Facebook
Twitter

Depuis le début de la guerre à grand échelle Kharkiv souffre quotidiennement des bombardements de l’armée russe. Certaines personnes ont été évacuées, mais il y a ceux qui ne peuvent toujours pas quitter la ville. Quelques habitants de Saltivka, le quartier du nord-est le plus touché par les attaques russes, vivent désormais dans le sous-sol d’un gymnase local. Yana Sidash, la photographe de Lviv a capturé comment la vie de ces gens a changé.

Saltivka – un quartier de Kharkiv et en même temps un immense groupe d’immeubles. Avant le début de la guerre à grand échelle avec la Fédération de Russie, environ 400 000 personnes vivaient ici – c’est près d’un tiers de la population de la ville. Saltivka a été bombardé par l’armée russe dès les premiers jours de la guerre, les attaques se poursuivent toujours à certains endroits.

L’une des deux parties du quartier, la Saltivka Nord, a été gravement endommagée par des tirs d’artillerie lourde:
les occupants russes ont déjà détruit 70% des bâtiments résidentiels et des infrastructures civiles. Aujourd’hui, là où vivaient des centaines de milliers de personnes avant le début des combats, il ne reste pas un seul bâtiment survivant.

Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter

La photograph Yana Sidash dit que ses interlocuteurs sont huit personnes qui ne se connaissaient pas avant la guerre. Le 24 février à 5 heures du matin, ils sont sortis en courant de chez eux au son des explosions. N’ayant rien ramassé et ne sachant où se cacher, ils ont trouvé le meilleur abri dans le sous-sol du gymnase. Ils y restent toujours. Ces huit personnes sont devenues une famille.

Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter

Il n’y a pas de lumière et de moyens de communications. Mais cette petite communauté, unie par la guerre, a aménagé l’espace pour qu’il devienne relativement habitable. Yana dit que ces gens ne se considèrent pas comme des étrangers – ils sont gentils, ouverts, chacun essaie d’être utile et nécessaire.

Alla Prykhodchenko
Retraitée, elle a travaillé dans une école du soir en tant que gérante de ferme. Sa maison est complètement détruite. Dans le sous-sol elle aide à nettoyer.

Nataliya Skvortzova
Sécretaire de ce gymnase où elle travaille depuis 22 ans. Comme loisir, elle brode des perles. Dans le sous-sol elle ramasse l’aide humanitaire pour d’autres personnes.

Yevgeny Kryvoruchko
Le fils de Nataliya, étudiant de l’Université pédagogique nationale H.S. Skovoroda de Kharkiv, a etudié dans ce gymnase. Il aime résoudre le cube de Rubik. Dans le sou-sol il ramasse et distribue l’aide humanitaire avec sa mère.

Nataliya et Oleg Afanasenko
Un couple marié. Avant la guerre, la femme travaillait comme vendeuse. Elle prépare la nourriture dans ce sou-sol. Auparavant, son mari était le gardien de sécurité, et dans le sou-sol il est responsable du bois de chauffage.

Lyudmyla et Valeriy Gretskyh
Un couple marié, qui aide au niveau de l’entretien ménager : nettoyer la cour et ramasser du bois de chauffage. Lyudmyla prie constamment pour tous ceux qui vivent dans le sou-sol.

Larysa Demianenko
Avant la guerre elle travaillait comme contrôleuse à Kharkivoblenergo. Elle s’occupe des animaux errants. Elle élève huit chats et un chien. Dans le sous-sol du gymnase elle s’occupe des animaux qui y vivent temporairement, et aussi distribue l’aide humanitaire.

Vivre à Kharkiv, et surtout à Saltivka, est toujours dangereux. L’armée russe continue de bombarder la ville. À cause de cela, les habitants de Kharkiv passent leurs temps principalement dans le sou-sol et sortent rarement dehors. La photographe dit la routine aide les résidents du sous-sol à se distraire des terribles réalités. Ils commencent leur matinée par se laver, allumer le feu, cuisiner et parler. Ensuite, chacun fait son travail. Certains distribuent de l’aide humanitaire pour d’autres quartiers de Saltivka, tandis que d’autres nettoient le gymnase qui a été touché à plusieurs reprises par des obus russes.

Nataliya Skvortzova a accepté de montrer le gymnase à Yana, bien qu’elle ait d’abord refusé en raison des explosions constantes qui ont été entendues. La photographe dit que la femme connaît bien chaque bureau et son histoire. Elle regrette que le cabinet-musée de la gloire militaire de la Seconde Guerre mondiale ait été détruit, et dans la serre, qui était la décoration du gymnase – il ne reste que des plantes séchées. Mais malgré la douleur de ces pertes, les huit personnes qui vivent désormais dans le sou-sol du gymnase ne perdent pas leur optimisme et croient en la victoire :

— C’est (gymnase. – éd) notre maison maintenant. Et nous l’aimons, nous en sommes responsables.

Le dossier est préparé par

L'auteur du projet:

Bogdan Logvynenko

Auteure,

Photographe:

Yana Sidash

Rédactrice:

Ania Yablutchna

Éditeur photo:

Yurij Stefaniak

Responsable de contenu:

Yana Rusina

Traducteur:

Taras Zakharchyn

Rédacteur de traduction:

Myriam Badji