Picasso et Malevitch à Parkhomivka

11 octobre 2020
Share this...
Facebook
Twitter

Un musée d’art se trouve dans le village Parkhomivka (Slobozhanchtchina), ayant dans son exposition des œuvres réputées d’art, de graphisme, de sculpture et aussi des pièces d’archéologie et d’ethnographie. La collection du musée est apparue grâce au professeur d’histoire du village, historien d’art autodidacte Afanassii Luniov, qui a réuni ses élèves autour d’une activité commune — l’art.

Les musées dans les écoles ont commencé à apparaître en Ukraine entre les XIXème et XXème siècles, mais ils sont devenus populaires dans les années 1950. A cette époque les élèves participaient aux travaux de recherche des objets de valeur et à l’organisation des expositions. D’habitude, c’étaient les pièces à part sur les territoires des écoles, où se trouvaient les expositions sur les traditions locales.

Dans les années 1950 l’historien d’art ukrainien Boris Voznytskiy habitait et enseignait à Vynniki, pas loin de Lviv, ou il a créé une pièce de musée, en rassemblant des expositions avec des étudiants lors d’expéditions dans les villages environnants. Le musée n’a pas été préservé, mais plusieurs expositions se trouvent dans le musée d’Histoire locale de Vynniki ainsi que dans le château Olesko.

Le musée d’art créé à Parkhomivka a débuté aussi par une pièce d’histoire locale, mais avec le temps il s’est agrandi en volume et par la valeur des objets rassemblés. Par rapport au musée de Vynniki, ce musée fonctionne aujourd’hui. Il a existé sur une base de volontariat pendant plus de 30 ans, et est devenu en 1986 un département autonome du musée d’art de Kharkiv.

Depuis 2001 le musée de Parkhomivka est géré par Olena Sementchenko, l’élève d’Afanassii (Panas) Luniov. Étant en 3ème année du collège, elle a essayé le rôle de directeur du musée d’école. Les élèves du lycée ont non seulement rassemblé les pièces pour le musée et faisaient des visites guidées après les cours, mais aussi ont pu de tester le rôle de directeur, de conservateur de collections, etc.

Région
ukrainer-map-large

Musée d’art de Parkhomivka, Slobozhanschyna Vérifiez d'emplacement sur Google Maps

Le père de musée

Afanassii Luniov est né en 1919 dans le village Chtchegoliok, province de Koursk. Étant adolescent, il a déménagé avec la famille à Stalino (qui est Donetsk aujourd’hui — ndlr.). Il a fait ses études d’histoire dans l’Université nationale de Taras Chevtchenko. En octobre 1941 dans la ville de Kyiv occupée par les allemands, Luniov a été fait prisonnier. Jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale il a été emprisonné de force dans des camps de concentration allemands.

Après le retour en 1945 à URSR Luniov commence à enseigner l’histoire au collège de Parkhomivka et à passer la 2ème formation en histoire de façon externe à Kharkiv, cette fois-ci. Pendant cette période, il s’intéresse à l’art et collectionne les œuvres d’art, sans épargner son salaire de professeur. Afanassii Luniov visite souvent la brocante du marché de Blagovichtchensk, à Kharkiv, où, après le temps de guerre, il était possible de trouver de la porcelaine ancienne et des tableaux précieux.

Olena Sementchenko se souvient qu’à cette époque le professeur a essayé d’intéresser ses élèves à l’art :

— Il considérait que le programme scolaire était imparfait, dans la mesure où il n’accorde pas beaucoup d’attention à l’éducation esthétique des enfants. C’est pourquoi, il a proposé à ses élèves de créer d’abord un musée d’histoire locale dans l’école. Le musée, qui raconterait l’histoire et la culture du village de Parkhomivka.

Musée à partir de rien

Dans l’école du village Parkhomivka Afanassii Luniov a créé un groupe d’histoire locale « Yuniy Istorik » (Jeune historien), qui est devenu plus tard le club historique et artistique « Rayiduga » (Arc-en-ciel). Ce club est devenu la base du futur musée. Ici, les étudiants apprenaient l’art, l’histoire et la culture des pays du monde.

Plus tard, Luniov a proposé aux élèves de chercher les expositions à Parkhomivka et les villages environnants, lesquelles pourraient constituer le musée. Les enfants ont réussi de constituer une collection des pièces de monnaie anciennes, des médailles, des icônes, des tableaux, des serviettes et des vêtements. Tous les objets rassemblés se trouvaient dans une chambre d’école :

— Notre musée se constituait à partir de rien. Au début, il n’y avait pas de collection de Kharytonenko, ni celles d’autres collectionneurs connus dans notre musée.

PAVLO KHARYTONENKO
Propriétaire foncier et industriel ukrainien, qui était l'un des plus riches propriétaires de sucreries d'Ukraine. Actuellement, sa collection est conservée dans le domaine de palais et de parc « Nataliivskiy » à Slobozhanchtchina, ainsi qu'à Soumy et à Moscou.

Luniov écrit ça dans ses mémoires à propos des expéditions d’élèves : « Nous avons exploré tous les villages autour, nous avons regardé dans tous les coffres des grand-mères, tous les greniers. Beaucoup d’habitants du village nous ont apporté les objets seuls, qui avaient de la valeur, à leur avis. Parmi les pièces collectionnées, ils ont réussi à trouver de vraies œuvres d’art ».

LA SOURCE DES SOUVENIRS
Afanasii Fedorovitch Luniov. Articles, mémoires, documents, matérieux/ En ordre. O.G. Pavlova – Kharkiv : Timtchenko, 2009. – p.234

À partir du milieu des années 1950, le professeur organisait pour les élèves les visites guidées des villes de URSS (aujourd’hui ces sont les territoires d’Ukraine, de Russie, de Lituanie, de Lettonie) et d’Allemagne. Le professeur et les élèves visitaient les musées, rencontraient le personnel de musée, ainsi que les artistes et les écrivains. Les visites guidées ont été partiellement financées par les parents travaillant dans les sucreries.

— Les enfants, qui se considéraient comme les connaisseurs de musées, ont eu l’idée de créer le musée d’art à Parkhomivka. Pour réaliser ce rêve, Panas Fedorovitch a proposé aux élèves d’écrire des lettres à des artistes célèbres, des personnalités culturelles, des musées.

Le 1er musée de Parkhomivka a été soutenu par les artistes de Kharkiv, qui ont offert 50 d’œuvres d’art aux élèves. Plus tard, le Musée des Beaux-Arts Pouchkine de Moscou, le musée Russe, le Musée de l’Ermitage de Leningrad (aujourd’hui — Saint-Petersbourg — ndlr.), l’ensemble de musées du Kremlin de Moscou ont répondu aux lettres envoyées par les élèves. Les musées ont fait don d’expositions sur leurs fonds pour un stockage permanent.

Comment les grands musées ont décidé de transférer une partie d’expositions à Parkhomivka ? Après la résolution adoptée en 1965 sur la création du Fonds des musées de l’URSS, l’État disposait d’un fonds total pour les musées, ce qui permettait d’échanger des collections provenant de fonds muséaux et de les déplacer au sein de l’Union. La coopération des petits musées avec des institutions culturelles de grande envergure a mis en évidence les idées socialistes d’égalité et d’amitié entre les peuples.

— Panas Fedorovitch aimait les enfants et croyait qu’ils devaient être éduqués dans l’art réel. Que les enfants devaient voir et ressentir non seulement avec l’esprit, mais surtout avec le cœur. Son idée principale est d’éduquer vers une personnalité hautement cultivée.

Aujourd’hui, des centaines de lettres d’artistes et d’historiens d’art, avec lesquels Luniov a établi et entretenu des contacts, sont disponibles pour la recherche. Avant de s’adresser à un artiste avec une demande, Afanassii Luniov a étudié en détail la figure de l’artiste. Le muséologue a noué des contacts avec des personnalités culturelles lors de rencontres personnelles, de visites de musées, d’expositions, ainsi que grâce aux conseils d’amis.

Dans un premier temps, les objets exposés dans le musée du village, que les enfants ont réussis à collectionner, ont été placés dans deux salles de l’école locale, et deux ans plus tard, en 1955, ils ont été transférés dans l’ancienne maison du commerçant. Il est difficile de dire si ce bâtiment répondait à toutes les exigences pour le stockage des monuments de musée, à savoir les températures, l’humidité et l’éclairage, ou s’il y avait un équipement spécial.

Plus tard, en 1963, un studio de télévision de Kharkiv est venu à Parkhomivka pour filmer une histoire sur le musée. Il a été décidé de déplacer la collection dans le vaste domaine du comte Podgoritchani pour la période du tournage.

IVAN PODGORITCHANI
Comte d'origine serbe, propriétaire du village de Parkhomivka au milieu du XVIIIème siècle.

Le domaine a été construit sous la forme d’un palais (palais-manoir de ville italienne avec une grande façade sur rue et une cour. — ndlr.) L’exposition d’alors du musée occupait huit salles au premier étage du domaine, et depuis 1997 — également au deuxième étage.

Exposition

Dans le musée du village de Parkhomivka, en plus d’une petite collection ethnographique, il y a une iconographie des XVII-XIXème siècles, de l’art national, occidental et oriental (dans le département national — les œuvres d’artistes de l’ex-URSS — ndlr.).

Parmi les cadeaux des habitants, il y a une boîte à musique — une polyphonie. L’instrument, qui a plus d’un siècle, comporte 30 disques polyphoniques de métal avec des romances anciennes.

Share this...
Facebook
Twitter
Région
ukrainer-map-large

Musée d’art de Parkhomivka, Slobozhanschyna

Vérifiez d'emplacement sur Google Maps
Share this...
Facebook
Twitter
Région
ukrainer-map-large

Musée d’art de Parkhomivka, Slobozhanschyna

Vérifiez d'emplacement sur Google Maps

Le musée de Parkhomivka possède de nombreuses œuvres d’artistes ukrainiens : Tetyana Yablonska, Anatoliy Rudnytskiy et d’autres artistes célèbres. Dans la salle d’art national, il est possible également de voir deux grands portraits en mosaïque : le compositeur Petro Tchaïkovskiy et le poète Volodymyr Mayakovskiy, créés par l’artiste française d’origine biélorusse Nadiya Khodassevitch-Leger.

Le musée abrite des œuvres des artistes d’avant-garde Vasiliy Kandinskiy et Kazimir Malevitch. En Ukraine, il n’y a que quelques peintures du fondateur du suprématisme, Malevitch. Parmi eux figurent « Composition Suprématiste 1 » de la collection de Mystetskiy Arsenal à Kyiv et « Suprematisme 65 » au musée de Parkhomivka.

SUPREMATISME
La direction de l'art d'avant-garde, qui a émergé au début du XXe siècle et s'est concentrée sur les formes, les textures et les couleurs (du latin supremus — « le plus élevé »).

Dans les années 1890, le père de Malevitch a travaillé comme ingénieur à la sucrerie de Parkhomivka et Kazimir a étudié à l’école agronomique locale :

— Dans ses mémoires Malevitch mentionne le village Parkhomivka. L’artiste trouvait que le village ukrainien lui a donné de l’inspiration pour la création d’art.

Share this...
Facebook
Twitter
Région
ukrainer-map-large

Musée d’art de Parkhomivka, Slobozhanschyna

Vérifiez d'emplacement sur Google Maps
Share this...
Facebook
Twitter
Région
ukrainer-map-large

Musée d’art de Parkhomivka, Slobozhanschyna

Vérifiez d'emplacement sur Google Maps

Près du travail de Malevitch — deux œuvres de Vladimir Mayakovskiy : « Sept paires de pures » et « Sept paires d’impur ». Ce sont des croquis de costumes pour la pièce de théâtre « Mystery-Bouffe », que Mayakovskiy a écrite en 1921.

L’art d’Europe occidentale des XVIIème et XIXème siècles est représenté par des peintures d’artistes mondialement connus, dont le graphiste italien Giovanni Piranesi et le graveur hollandais, élève de Rembrandt, Ferdinand Bol.

Certaines peintures disponibles dans le musée ont été données par les artistes eux-mêmes. Certaines expositions ont été offertes par les propriétaires des collections. Par exemple, les œuvres de Pablo Picasso « Portrait de Frédéric Joliot-Curie » et « Pigeon avec une branche d’olivier » et des céramiques un vase « Chouette » et une assiette décorative « Porynatchi » sont offertes au musée par l’écrivain Ilya Ehrenburg, amie de Picasso.

Les pays orientaux sont représentés au musée de Parkhomivka à travers les arts décoratifs et appliqués créés par des maîtres indiens, chinois et japonais. Le musée possède également une copie de l’ancienne sculpture égyptienne « Reine Nefertiti », offerte par la Galerie d’art de la ville de Dresde.

Si les œuvres transférées d’autres musées et galeries ont déjà été attribuées (leur authenticité et leur paternité ont été confirmées), les objets exposés ont nécessité d’une étude supplémentaire. Dans les années 1980, lorsque le musée de Parkhomivka a reçu le statut d’institution culturelle et éducative de l’État, une équipe s’est réunie pour étudier sa collection. Cependant, faute de moyens financiers, la paternité de nombreux tableaux n’a pas encore été déterminée. Chaque année, des spécialistes viennent au musée pour inspecter l’état de la collection et sélectionner plusieurs objets à restaurer.

Si aujourd’hui les écoliers de Parkhomivka ne perpétuent pas la tradition de la correspondance, les fonds du musée sont constamment renouvelés avec de nouvelles œuvres d’art :

— Nos fonds ont plus de sept mille et demi d’expositions, et ce chiffre est en augmentation. Des artistes, des collectionneurs, voire des visiteurs de musées reviennent parfois avec des cadeaux pour nous.

L’interaction des musées avec les enfants

Les musées modernes sortent de plus en plus souvent du cadre classique de la conservation des objets anciens, en se transformant en centres interactifs de formation. Les musées prennent en compte de plus en plus souvent les besoins des enfants, comme une catégorie des visiteurs à part, en rendant les enfants participants actifs de l’espace de musée.

« Le musée d’enfant » est un phénomène culturel, qui s’est bien répandu lors de la 2ème moitié du XXème siècle. Ces organisations peuvent être consacrées aux thèmes différents et orientées vers les enfants et les adolescents selon le principe de la pédagogie de musée. Il existe depuis 1962 l’association internationale des musées d’enfant, depuis 1994 — l’association européenne des musées d’enfants.

Pédagogie muséale
Science qui étudie l'utilisation des musées à l’éducation
Share this...
Facebook
Twitter
Région
ukrainer-map-large

Musée d’art de Parkhomivka, Slobozhanschyna

Vérifiez d'emplacement sur Google Maps
Share this...
Facebook
Twitter
Région
ukrainer-map-large

Musée d’art de Parkhomivka, Slobozhanschyna

Vérifiez d'emplacement sur Google Maps

Un exemple frappant d’interaction, lorsque les enfants sont devenus les conservateurs de l’exposition, a été incarné en 2015 par le Musée national de Varsovie. Lors du projet expérimental « Anything Goes », 69 enfants âgés de 6 à 14 ans ont été répartis en six groupes de conservateurs. Pendant six mois, ces groupes ont étudié les expositions du musée, créant leurs propres expositions.

Une manière inhabituelle pour les enfants de se familiariser avec l’art a été développée par la galerie « Schirn » à Francfort, où ils ont créé une zone éducative et ludique séparée, rappelant une immense cabane dans les arbres, séparée par les salles d’exposition de la galerie d’art. Ici, les enfants peuvent ouvrir une pièce après l’autre, explorer les couleurs, les formes, créer quelque chose et expérimenter.

Un musée interactif similaire fonctionne à Vygoda, à Galytchina, depuis 2016. Son exposition familiarise les visiteurs avec l’écosystème des Carpates et l’histoire du chemin de fer local à voie étroite, et permet également de mémoriser les informations sous forme de jeu.

Depuis 2015, Mystetskiy Arsenal (l’institution culturelle de Kyiv — ndlr.) organise chaque année le festival « l’Arsenal des idées », dédié aux approches innovantes de l’éducation extrascolaire. Pendant plusieurs jours d’affilée, les enfants participent à des laboratoires de création, des « escape games » et des discussions, apprenant les différents domaines de connaissances.

La collection du musée d’art est également présentée dans le village de Kmytiv à Polissya. Le fondateur du musée, Yossyp Bukhantchuk, a enseigné la défense civile à l’Académie des arts de Leningrad, où il a rencontré de nombreux artistes et a décidé de créer un musée. Il a rassemblé et fait don de centaines d’œuvres d’art à la collection du village. Le musée de Kmytiv est spécialisé dans l’art soviétique, en particulier lors des années 1950 et 1980.

A part le travail d’exposition et de recherche, le musée de Parkhomivka organise les rencontres avec des artistes, des musiciens et des compositeurs. Tous les 2 ans un évènement artistique « Malevitch+ » a lieu ici, qui fait découvrir l’art de Kazimir Malevitch et regroupe les artistes travaillant dans le courant similaire.

Malgré la mort du fondateur en 2004, le musée continue de travailler avec les enfants. Apprendre à comprendre et à aimer l’art est une affaire depuis le jardin d’enfants. Les dessins des enfants deviennent la part des expositions thématiques qui doivent aider les enfants à comprendre la valeur de leurs propres œuvres. A partir de l’école primaire, les enfants ont des master classes, des travaux pratiques et des « escape games ». Outre ceci, les travailleurs scientifiques viennent à l’école pour donner des cours :

— Nous avons développé tout un cours de conférences pour chaque classe. Dans les cours de littérature, de beaux-arts, d’histoire, de savoirs locaux, nous donnons des conférences qui permettent aux enfants de mieux imaginer la culture d’une période particulière. Le musée peut approfondir les connaissances des enfants, changer l’attitude envers l’école. Cela aide les enfants à apprendre les cours différemment et à élargir leur vision du monde.

supporté par

Ce matériel a été traduit par le soutien de l'Institut Ukrainien

Le dossier est préparé par

L'auteur du projet:

Bogdan Logvynenko

Auteure:

Sofia Bazko

Rédactrice:

Natalia Ponedilok

Productrice:

Olha Schor

Photographe:

Pavlo Pachko

Artem Galkine

Opérateur caméra:

Oleg Sologub

Oleksij Pantchenko

Monteur:

Oleksandr Guzhelia

Réalisateur:

Mykola Nosok

Éditeur photo:

Katya Akvarelna

Transcripteuse audio:

Anna Lukacevytch

Spécialiste:

Diana Klotchko

Yevgenia Moliar

Traductrice:

Yuliya Leontieva

Éditeur de traduction:

Emmanuel Graff

Ukrainer est soutenu par

Devenir partenaire

Suivez l'expédition