Promprylad. Investir dans la ville d’Ivano-Frankivsk

5 novembre 2020
Share this...
Facebook
Twitter

Promprylad.Renovation est un exemple sans précédent de transformation d’une usine soviétique abandonnée en un groupe d’entreprises modernes, impliquant des investissements privés en Ukraine. À l’instar du projet Urban Space 100 (un restaurant social à Ivano-Frankivsk — ndlr.), Yuriy Fylyuk et son équipe se sont lancés dans une transformation beaucoup plus large d’Ivano-Frankivsk et ont commencé à revitaliser une ancienne usine, au lieu de construire la ville avec de nouveaux bâtiments bon marché.

Promprylad est l’une des plus anciennes usines d’ingénierie d’instruments de Galicie. Située au centre d’Ivano-Frankivsk, l’usine était une plateforme d’innovation à l’époque soviétique. La majeure partie de sa production était destinée à des besoins industriels, mais des biens de consommation y étaient également fabriqués. Par exemple, ici ont été produit des parapluies, connus dans toute l’Union soviétique, ainsi que des pièces de voiture. Les marchandises ont été exportées vers plus de 20 pays. Dans les années 90, l’usine a été privatisée et vendue.

Désormais, un pôle innovant est en cours de création sur le vaste territoire de l’usine pour développer la ville dans quatre directions : éducation, art, nouvelle économie et urbanisme. Le projet « Promprylad.Renovation » est un exemple d’investissement d’impact. Les investisseurs contribuent à une initiative sociale, deviennent copropriétaires de l’usine et reçoivent des dividendes. Lors de la reconstruction, la part de chaque investisseur augmente. L’usine est progressivement reconstruite pour accueillir des bureaux, des laboratoires, des ateliers, un hall d’exposition et un centre de divertissement, un hôtel et une auberge, un marché fermier et des restaurants.

L’investissement d’impact est un investissement dans le développement social ou économique tant que le projet produit des bénéfices ou du moins que l’investissement est rentable. Il est possible d’investir dans des organisations, des fonds ou des entreprises et d’avoir une perspective financière à long terme. Pour que votre investissement soit considéré comme un investissement à impact, cependant, il doit y avoir un impact positif sur la sphère sociale ou environnementale et une méthodologie pour mesurer cet impact, ainsi qu’un retour sur investissement.

— Cela fait trois ans que le processus est en cours. Il y a eu beaucoup de recherches entre les premières discussions et la mise en œuvre. Nous avons réussi à impliquer SRI International (Stanford Research Institute — ndlr.), et c’est leur premier projet dans la zone post-soviétique. Par ailleurs, c’est l’organisation qui a inventé Internet. Ils ont accepté de coopérer car pour eux, nous sommes l’un des projets les plus intéressants dans le domaine de l’investissement d’impact. Ce schéma de financement est une alternative pour traiter systématiquement les problématiques sociales et environnementales. Pour nous, cela est venu tout naturellement : d’abord, nous avons eu l’idée, puis nous avons commencé à la mettre en œuvre, et ce n’est que plus tard que nous avons découvert que cela s’appelait « investissement à impact ».

Aujourd’hui, il existe une tendance mondiale à créer des projets qui combinent de manière organique la volonté d’obtenir des résultats économiques et de trouver des solutions aux problèmes sociaux. Atteindre le ROI (Return on Investment) et le SROI (Social Return on Investment) est un must pour de tels projets; c’est-à-dire qu’ils doivent avoir un effet positif mesurable dans certaines tâches sociales. Les deux paramètres doivent être atteints.

Promprylad.Renovation enverra 50% de ses revenus pour financer des initiatives de développement dans la ville et la région, et 30% de la superficie du centre sera consacrée à des projets sociaux et publics à des conditions préférentielles :

— Nous nous sommes rendu compte que si nous n’étions pas allés changer cette parcelle à l’époque, elle serait construite avec des logements typiques, qui sont maintenant partout. Maintenant, il y a un manque d’éléments d’infrastructure qui ajouteraient de la valeur, en dehors de la fourniture de logements destinés aux consommateurs. C’est pourquoi nous avons cette ambition.

Promprylad.Renovation est une extension organique des projets, dans lesquels Yuriy et son équipe sont engagés depuis plus de quatre ans. Ils ont réalisé des projets communs avec Teple Misto (Ville chaleurese, une plateforme d’initiatives — ndlr.) et Urban Space 100. Certains investisseurs de ce dernier ont également investi dans Promprylad.Renovation.

Tout a commencé lorsque Yuriy et ses partenaires de l’entreprise précédente ont déménagé de Kyiv à Ivano-Frankivsk et ont ouvert quelques restaurants. Puis, ils ont compris qu’ils avaient besoin de trouver une nouvelle plateforme d’interaction :

— Promprylad est un projet beaucoup plus vaste, plus ambitieux et son modèle commercial est plus complexe. Si on le compare à Urban Space 100, il s’agissait d’un don ponctuel de 1 000 dollars. Les gens ont réalisé que leur investissement n’allait pas être remboursé. Mais ils ont quand même rejoint un projet unique ayant un impact positif sur la ville. En revanche, chez Promprylad.Renovation, le modèle d’investissement d’impact est plus compliqué économiquement parlant, mais il présente une gamme d’avantages majeurs. Les dividendes pour les investisseurs sont l’un des avantages les plus intéressants. Ces activités reposent sur l’interaction de nombreux acteurs et sont intégrées le plus profondément possible aux intérêts du marché. Il y a de bonnes perspectives pour son travail long et régulier. Il est également beaucoup mieux protégé contre les risques politiques et économiques. Il s’agit d’investir dans une entreprise dont les conditions préalables sont la rentabilité et l’autonomie. En même temps, son objectif est de résoudre des problèmes sociaux complexes.

Le projet Promprylad.Renovation a officiellement acquis la propriété de l’usine. Le 1er février 2019, l’équipe a signé le contrat d’achat de 82% des parts de l’usine et versé la première tranche :

— La signature du contrat d’achat a été l’étape la plus importante du projet, en ce qui concerne l’élimination des principaux risques. Nous avons encore beaucoup de travail devant nous, mais nous pouvons déjà dire que le projet est accompli. Nous n’avons pas commencé à mobiliser des investissements publics sans un contrat signé. Cela nous a définitivement donné plus de liberté et est devenu une confirmation pour les investisseurs, que tout est conforme au plan.

Pour la phase pilote, ils ont dépensé leur propre argent pour louer et réparer un étage entier dans l’un des bâtiments de l’usine. Désormais à Promprylad, il y a une école de danse, une académie de barbier, une galerie d’art contemporain, un atelier créatif, un laboratoire multimédia, des clubs d’éducation informelle pour enfants, un atelier, un café, un bar, un bureau d’entreprise informatique, une salle de conférence, un laboratoire urbain, et même le bureau du département de la politique d’investissement de la mairie.

— La phase pilote du projet est le premier exemple d’espace physique en Ukraine où l’on peut assister à une réelle interaction dans le triangle des entreprises, des ONG et des représentants de l’administration municipale. Nous réalisons différents projets dans de telles collaborations. À notre avis, c’est essentiel, car ce n’est que lorsqu’il existe un dialogue sain que nous pouvons obtenir les meilleurs résultats et une dynamique positive au niveau social.

Serhii Kaminskyi est un manager en science. Il restaure le potentiel de la R&D en Ukraine. La R&D (Recherche & Développement) est l’acquisition de nouvelles connaissances et leur application dans un nouveau domaine, pour créer un nouvel appareil ou une nouvelle technologie :

— Ici chez Promprylad, on parle aussi de la création d’une base R&D, potentiel scientifique avec la capitalisation, et avec la possibilité d’entrer sur le marché international. Le projet lui-même comporte plusieurs éléments. Par exemple, ce bâtiment là-bas, sa moitié est occupée par un espace de fabrication et une base de R&D. Il y a de grandes salles dans la partie centrale. Nous pourrons y organiser des événements pour deux à trois mille personnes. Il y aura des forums, des expositions, des concerts. La ville manque énormément d’infrastructures de ce type.

Selon Yuriy, ils sont en train de réaménager le territoire de l’usine tout en tenant compte de l’importance historique du site :

— Nous ne voulons pas changer la porte d’entrée historique de l’usine même après la mise en œuvre complète de notre projet.

Le troisième étage pilote du bâtiment « B » ne représente que 5% de l’ensemble du territoire de Promprylad. Pourtant, même ici, il existe de nombreuses opportunités de développement, de créativité, d’interaction et de synergie — les premiers locataires ont déjà employé environ 120 personnes. De plus, Promprylad reçoit des demandes de renseignements sur les espaces à louer presque tous les jours. À l’heure actuelle, la demande potentielle couvre environ 98% de la superficie prévue pour la rénovation. Le projet fonctionne conformément aux meilleures pratiques d’efficacité énergétique :

— Nous avons des panneaux de fibrociment sur les façades. L’épaisseur de l’isolation est de 25 cm, les fenêtres sont écoénergétiques et le chauffage au sol est disponible. Nous n’utilisons pas de gaz, seulement de l’électricité, et nous avons un compteur à double tarif. Ainsi, nous sommes quatre fois plus écoénergétiques que les nouveaux bâtiments moyens.

Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter

Yuriy dit que pour Promprylad.Renovation, il est possible d’investir de mille à un million de dollars, et contrairement à l’investissement dans le logement commercial, cet argent sera constamment mis à contribution :

— Lorsque vous créez un projet comme celui-ci, vous faites une bonne chose. Après tout, c’est de l’argent pour la ville, du développement économique. Si vous construisez des logements commerciaux, l’investissement prendra plus de temps à revenir. C’est un raisonnement primitif et de l’argent rapide pour les constructeurs. Et ici, cette idée est basée sur la demande des personnes qui vont travailler à l’étranger et qui apportent leur argent ici. Pour eux, c’est la seule option d’investissement — acheter un appartement pour leurs enfants, puis en acheter un autre pour le louer. C’est une bulle qui éclatera tôt ou tard. La construction est irréfléchie, sa qualité est basique, car pour les personnes qui se déplacent d’un village à la ville, toutes les conditions semblent meilleures que celles d’où elles viennent.

Ironiquement, le père de Yuriy est l’un de ceux qui construisent la ville avec l’immobilier résidentiel. Yuriy explique son attitude à ce sujet :

— Je ne fais pas de commentaires sur l’entreprise de mon père, ce serait un conflit d’intérêts pour moi. En fin de compte, je ne critique en aucune façon les autres entreprises. Notre approche est de rechercher des idées de développement et d’intégration dans des cadres de nouvelle valeur en essayant de motiver d’autres personnes, par son propre exemple, à migrer vers ces nouvelles approches et normes.

Coopération avec la ville

Le projet Promprylad.Renovation est un nouveau type d’entreprise, bâti sur les principes du cofinancement :

— La moitié du projet sera détenue par le fonds Promprylad non commercial et à but non lucratif, qui réinvestira une partie de ses revenus dans des projets de développement social. Par exemple, le soutien aux programmes d’art, de science, d’éducation et d’incubation. Et l’autre moitié de l’investissement sera dirigée vers le marché libre sous forme de titres, et n’importe qui peut acheter une part dans cette grande entreprise, devenir copropriétaire et réclamer une part des bénéfices. Autrement dit, la moitié est retournée aux investisseurs et la moitié est constamment réinvestie dans le développement de la ville et de la région, dans les industries que j’ai mentionnées précédemment.

Ainsi, ils envisagent de créer une infrastructure qui fait défaut à Ivano-Frankivsk actuellement. Cela aidera la ville à redémarrer des contextes post-soviétiques aux contextes modernes :

— Promprylad peut être un exemple de la manière dont des sites post-industriels négligés peuvent devenir une base de développement dans des villes aux conditions de départ défavorables, comme le manque de soutien des autorités. Dans n’importe quelle ville post-soviétique, vous pouvez trouver de nombreuses « zones grises », des usines abandonnées ou semi-abandonnées, des usines, qui peuvent avoir une chance de se développer.

Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter

Yuriy explique que de tels projets mettent en œuvre le désir de trouver l’ADN de la ville. Cela peut être fait en regardant plus profondément et en s’éloignant des tendances artificielles environnant.

— Nous expliquons que la préservation des caractéristiques industrielles est importante, et nous réfléchissons encore plus à la manière de souligner l’industrialisation soviétique ukrainienne, en tant que caractéristique unique de cette région particulière. C’est important parce que l’identité et l’ADN doivent être préservés.

Le processus de rénovation dure depuis plus de trois ans — dès les premières conversations et recherches aux étapes réelles. Le premier 1,8 million de dollars a déjà été collecté pour le projet. La moitié de ces fonds sont des subventions d’organisations internationales et ukrainiennes et l’autre moitié provient de 23 investisseurs privés. La part de Yuriy représente désormais 450 000 dollars. En 2019, ils prévoyaient de lever les 5 millions de dollars suivants, dont 500 000 dollars ont été déjà collectés en janvier 2019.

La plate-forme en ligne à grande échelle pour les initiatives Teple Misto (la revitalisation de Promprylad est l’un de ses projets) a réussi à impliquer plus de 60 entreprises à s’unir dans le triangle « gouvernement local- entreprises -communauté locale ».

— Il existe une philosophie qui explique, que faire participer des groupes socialement défavorisés ou des problèmes sociaux à une activité économique directe est beaucoup plus efficace. Si vous trouvez ces moyens, ces problèmes sont résolus systématiquement. De plus, ces groupes vulnérables s’engagent dans une vie épanouissante, plus agréable et plus efficace, et ils font leur impact.

Ambitions et plans

Le budget total du projet est de 25 millions de dollars. Au cours des trois à quatre prochaines années, l’équipe du projet prévoit d’achever la reconstruction et la revitalisation du projet à grande échelle :

— Nous devons maintenant créer des précédents et les montrer au marché, clarifier ces nouveaux potentiels et opportunités. Le marché en sait encore très peu sur ce domaine. Il existe de nombreux fonds d’investissement d’impact sur les marchés occidentaux. Il s’agit spécifiquement de fondations à la recherche de projets commerciaux à fort impact social. En Ukraine, le réseau Omidyar peut être considéré comme l’un de ces fonds. Mais pour le moment, aucun projet en Ukraine n’est financé spécifiquement par des investissements d’impact. Pour le moment, ils n’ont que la branche de subvention. Par conséquent, je m’attends à ce que davantage d’acteurs apparaissent sur le marché ukrainien et forment ce marché. Voici les pièces nécessaires à la croissance du marché : des entrepreneurs et des projets, mais aussi des investisseurs qui comprennent les spécificités de ce marché et sont prêts à y investir. Autrement dit, nous créons en fait un marché de ce genre. Ce projet peut également être un outil pour résoudre des problèmes sociaux, pas seulement en Ukraine. Nous sommes également soutenus par des fonds allemands, car cela s’est avéré intéressant pour leur pays. Nous avons construit un modèle plus adapté aux pays, ayant des contextes similaires, où les niveaux d’éducation, d’économie et d’art sont bas, où il n’y a pas de soutien gouvernemental. Cependant, il s’est avéré que cela peut être intéressant pour des pays comme l’Allemagne, parce que c’est un processus de construction de communauté.

Yuriy dit que cette façon de rénover l’espace est une tendance mondiale et qu’elle vient d’arriver chez nous. Après la révolution industrielle et post-industrielle, de nombreux locaux inutiles ont émergé. Ils ont une puissance, un esprit d’histoire et une atmosphère exceptionnelle, il serait donc logique de les réutiliser :

— Nous voulons rétablir l’accessibilité, ainsi que l’inclusivité par rapport aux générations, aux différentes sphères, aux intersections entre elles. Parce que les problèmes inhérents à notre génération et à la jeune génération sont que nous croyons tout comprendre, que le monde est différent et que nos parents et grands-parents ne le comprennent pas. Mais la sagesse est acquise lorsque ces expériences sont combinées. Nous voulons simplement mettre ces choses ensemble.

Yuriy dit qu’il est cool de prendre conscience de l’ampleur de la capacité de l’usine, de son équipement et de sa valeur :

— C’est un monument à la puissance — c’est ce que je ressens. Notre blague est : try to make Promprylad great again! Un nouveau produit, avec de nouvelles significations, ne détruisant pas seulement l’ancien. Nous avons étudié l’histoire de l’usine. C’était vraiment très puissant — c’était le chef de file de la R&D dans la région. C’était une énorme infrastructure. Ils avaient même un studio de cinéma ici, pouvez-vous imaginer ?

Promprylad peut devenir un lieu qui remplit la ville de quelque chose de positif, renforçant la ville avec des initiatives :

— Promprylad répond parfaitement aux ambitions internes, et cela peut effectivement avoir un effet positif. Nous avons créé le premier espace physique, où il y a collaboration en triangle au niveau physique. C’est tout à fait réel, pas seulement déclaratif. Ce sont des projets communs entre différents acteurs, et cette collaboration crée une nouvelle valeur ajoutée. J’aime le fait qu’à Ivano-Frankivsk, nous avons la possibilité de faire de nos rêves une réalité et de proposer de nouveaux modèles de développement social. L’étiquette des entreprises et des entreprises sociales sur la carte de l’Ukraine se trouve à Ivano-Frankivsk.

supporté par

Ce matériel a été traduit par le soutien de l'Institut Ukrainien

Le dossier est préparé par

L'auteur du projet:

Bogdan Logvynenko

Auteure:

Daryna Kyrytchok

Rédactrice:

Yevheniia Sapozhnykova

Productrice:

Olha Schor

Photographe:

Khrystyna Kulakovska

Photographe,

Opérateur caméra:

Pavlo Pachko

Opérateur caméra:

Maksym Zavallia

Réalisateur,

Monteur:

Mykola Nosok

Éditeur photo:

Oleksandr Khomenko

Transcripteuse audio:

Yulia Kostenko

Traductrice:

Yuliya Leontieva

Éditeur de traduction:

Adrien Louvet

Ukrainer est soutenu par

Devenir partenaire

Suivez l'expédition