Share this...
Facebook
Twitter

La Russie a envoyé des milliers de militants pas bien préparés et équipés à la guerre contre l’Ukraine. En Russie, c’est la mort ou l’emprisonnement qui attend les soldats russes capturés. Les occupants brûlent soigneusement les corps de leurs morts dans les crématoriums mobiles qu’ils ont pris avec eux d’avance afin de cacher le nombre des pertes dans la guerre nommée « l’opération spéciale » ou même la « mission spéciale ».

Les contes sur la « libération des Ukrainiens du nazisme » ont donné l’espoir à beaucoup de russes que la guerre en Ukraine ne sera qu’une promenade facile. En revanche, les occupants ont vu l’affrontement décisif sur tous les fronts montré non seulement par les militaires, mais aussi par les civils ukrainiens. L’inscription massive à la Défense territoriale, le bénévolat et les réunions en soutien de l’Ukraine dans les villes temporairement occupées par les militaires russes – tout cela est devenu une surprise pour l’agresseur.

« Seulement les militaires professionnels »

La direction de la Fédération de Russie et des Forces armées de la Russie essaie d’assurer que seulement les militaires professionnels mènent la guerre en Ukraine et que l’armée a tout l’équipement nécessaire. Mais avec chaque jour de la guerre il devient clair que la « seconde armée du monde » n’existe que dans la propagande russe, car des milliers de soldats pas préparés et d’élèves officiers des écoles militaires périssent dans les batailles.

Une grande partie des militants qui devaient « prendre Kyiv en trois jours » sont des conscrits et pas des contractants. La preuve de ce fait est les documents, des militaires ruses qui sont capturés ou morts ; le « Comité de mères de soldats de Russie » en a déjà informé quelques fois. Le Ministère de la défense de la fédération de Russie a confirmé la participation des conscrits dans quelques cas, mais il diminue gravement l’échelle du problème.

Les provisions matérielles et techniques des forces de la Russie en Ukraine sont aussi loin de celles que les généraux et les ministres russes ont promises.

Vieilles armes depuis le temps de l’Union soviétique, le manque constant du combustible et de la provision, les rations de combat expirées il y a 5 ans, l’absence des communications quelconques et même le manque du vêtement. C’est la réalité des envahisseurs russes.

La propagande russe informe du fournissement de « l’aide humanitaire » aux habitants des régions occupées. Mais c’est une farce évidente. En réalité, les russes manquent presque tout alors souvent ils pillent et volent tout –à partir de coffres-forts bancaires jusqu’aux animaux domestiques.

« Il y a environ 500 morts » ou « Les femmes accoucheront de nouveau »

Le 2 mars, c’est-à-dire, seulement il y a une semaine après le début de la guerre, le Ministère de la défense de la Russie a enfin publié l’information sur ses pertes en Ukraine en diminuant gravement ces chiffres.

Tandis que d’après l’information de l’état-major des Forces armées de l’Ukraine plus de 14 milles des militants russes ont péri en Ukraine. Au cours de trois semaines de la guerre, la Russie a perdu deux fois plus de militaires que pendant la Première guerre tchétchène.

L’armée russe utilise les crématoriums mobiles, dans lesquels on brûle les cadavres pour cacher les pertes réelles des militaires. On amène la plupart des corps des soldats russes aux morgues de la Crimée occupée et de la région de Homiel en Biélorussie. Le destin de ces corps reste inconnu.

« La Russie ne lâche pas les siens ». Ou bien si ?

Beaucoup de militants russes morts sont laissés sur le champ de bataille. Le 26 février, le Ministère de la réintégration des territoires temporairement occupés de l’Ukraine s’est adressé au comité de la Croix-Rouge demandant de l’aide pour faire partir les corps des militaires russes morts en dehors du territoire de l’Ukraine.

Maman, je suis en captivité. Et j’ai oublié le chapeau

Le destin des prisonniers de guerre russes reste inconnu pour leurs familles et proches. La chaîne Telegram « Cherche les tiens »(« Ищи своих » en russe) est désormais bloqué par le Roskomnadzor (le Service fédéral de supervision des communications, des technologies de l’information et des médias de masse). C’est le Ministère des affaires intérieures de l’Ukraine qui a créé cette chaîne pour chercher les militaires russes morts au combat en Ukraine. Souvent les parents et les proches des militaires russes ne savent pas qu’ils sont au combat en Ukraine. En Russie, on reçoit les avis de décès pour beaucoup de prisonniers de guerre. Et s’ils réussissent à revenir en Russie, tout ce qui les attend c’est l’exécution ou l’emprisonnement durable pour la « trahison de la patrie ».

Malgré le slogan russe « Nous ne lâchons pas les nôtres », on a lâché beaucoup de militaires russes pour qu’ils périssent en Ukraine. Le principe stalinien « Les femmes accoucheront de nouveau » n’a pas disparu. Le régime de Poutine va continuer d’envoyer les conscrits à la guerre sans leur donner de l’essentiel. Voilà un vrai soin que la Russie apporte à ses militants dans cette guerre.

Le dossier est préparé par

L'auteur du projet:

Bogdan Logvynenko

Auteur:

Dimitri Grib

Rédactrice en chef:

Yevheniia Sapozhnykova

Rédactrice:

Anastasija Goulko

Éditeur photo:

Yurij Stefaniak

L'auteur de la couverture:

Responsable de contenu:

Yana Rusina

Traductrice:

Anastasiia Bondarenko