Sloviansk. La ville des céramistes

22 novembre 2020
Share this...
Facebook
Twitter

La ville de Sloviansk est connue depuis longtemps pour la poterie, qui est créée dans de petits ateliers de poterie,
dont il y en a plusieurs centaines. Depuis des années, ces ateliers produisent des souvenirs pour les stations balnéaires, les entreprises et les grandes entreprises. Pendant l’occupation de Sloviansk des terroristes embauchés par la Fédération de Russie, certains des ateliers de poterie ont été pillés et avaient besoin d’être restaurés. Pour beaucoup, la question s’est posée de réorienter l’approvisionnement en marchandises de la Crimée, de Donetsk et de Louhansk vers l’ouest de l’Ukraine et l’UE. Les potiers de Sloviansk soutiennent l’armée ukrainienne à partir des recettes, et soucieux de l’avenir de la région.

Aujourd’hui, Sloviansk est le plus grand fournisseur de poterie sur le marché ukrainien, mais peu de gens savent que la tradition céramique locale a plus d’un siècle. La porcelaine de Kouznetsov, toute une industrie inventée par la dynastie russe Kouznetsov à la fin du XIXe siècle, est bien connue. Parmi les nombreuses usines appartenant à la dynastie se trouvaient celles dans le région de slobozhansk. Une usine de produits en faïence à Sloviansk (alors Izioum volost), et une usine de faïence et de porcelaine à Buda. Les restes de porcelaine de Kuznetsov sont conservés au musée local : les assiettes individuelles ou ensembles entiers.

À l’époque soviétique, il y avait de nombreuses usines de céramique à Sloviansk, autour desquelles la ville était construite. Aujourd’hui, la céramique est un artisanat local traditionnel. L’usine de céramique slave fabriquait des carreaux et des produits en faïence, celle de l’armature-isolant — des isolants en céramique, et dans les magasins de consommation publique, des pots, des vases, etc. étaient coulés sous des formes en plâtre. Les usines se sont progressivement effondrées, mais la chose la plus précieuse demeure : l’expérience humaine. C’est ainsi que vivait la tradition, qui nourrissait l’artisanat et contribuait à l’émergence de petits commerces qui étaient nombreux dans la ville avant le conflit dans le Donbass.

Sloviansk est une ville de poterie, pas de métallurgie. L’économie de Sloviansk est basée sur de petits ateliers de poterie, de l’artisanat, explique le potier local Yevhen Pavlenko :

— Sloaviansk est conservée grâce à la céramique. Nous avons une ville de céramistes. Beaucoup de gens travaillent dans cette production. Et l’argent arrive à la ville grâce à la céramique. Beaucoup, je pense.

Yevhen est chauffeur, et ingénieur en mécanique de formation. Il a rejoint le métier, sans aucune compétence préalable, grâce à un ami, qui a également commencé à sculpter et brûler de la poterie sur la montagne, et a étudié dans le processus :

— Les corporations sont petites et il y a 100 personnes. De l’argile locale, toute d’ici. Il y a de l’argile blanche de la carrière Drouzhkovskyj. Mais notre argile rouge est près de Sloviansk, dans le village de Glyboka Makatykha, et il y a une carrière d’où nous la prenons.

La poterie de la région n’est pas conservée. Les potiers locaux, ceux qui sont restés du côté ukrainien de la frontière conditionnelle avec les territoires temporairement occupés, établissent des contacts avec des potiers et des acheteurs potentiels d’autres régions d’Ukraine. Maître Inna Pavlenko, la femme de Yevhen, dit :

— Nous y sommes allés beaucoup. Nous sommes allés à Sorotchyntsi pendant quatre années consécutives. Nous avons également des clients d’Opichnya. Nous sommes allés partager des expériences. Eh bien, ils ont toujours, comme on dit, leur propre style, nous avons le nôtre. Nous n’avons pas développé notre style depuis des siècles. Des décennies de notre style. Oui, peut-être que nous avons pris quelque chose de quelqu’un là-bas, mais il s’est avéré être le nôtre maintenant, et il avait dix, douze ou treize ans.

Bien que pas très célèbre dans le reste de l’Ukraine, et plus encore à l’étranger, la poterie slave vit et se développe. À Sloviansk, il existe une Union des fabricants de céramiques d’art, une sorte de groupe de céramiques. La famille Pavlenko est membre :

— Nous ne restons pas immobiles, nous nous développons, nous essayons quelque chose de nouveau. Nous apprenons de quelqu’un. Il y a beaucoup de concurrence à Sloviansk parce que, comme on dit, tout le monde la veut. Quelqu’un quelque part a vu quelqu’un et essaie de l’appliquer à lui-même, si c’est bon, intéressant. La concurrence est la vie.

La technologie

Le processus de fabrication commence bien avant l’arrivée de la commande. Il y a plus d’une douzaine de carrières avec des gisements d’argile à Sloviansk. L’argile extraite est d’abord broyée en poudre puis mélangée avec de l’eau. L’argile, selon les maîtres, devrait être vieillie pendant environ un an pour qu’elle puisse hiverner et survoler et que certains processus redox aient lieu :

— Il y a de l’argile que nos partenaires nous fournissent. Mais c’est pour la production de machines. C’est plus rigide, on le coupe, on le jette dans la machine, c’est automatique, et il se forme une assiette, un bol, ou un pot. Mais dans l’artisanat, le plus important est de le centrer pour qu’il ne soit pas jeté avec le potier par la suite. Si vous y êtes habitué, ce n’est pas très difficile. Et l’écraser, c’est le soulever quelques fois, puis le baisser.

L’argile est broyée avec un moulin circulaire, puis frottée, nettoyée des résidus de sable, ajouter une certaine quantité d’électrolyte (un composé de verre liquide et de soude, qui assure la fluidité de l’argile — ed.). L’argile liquide résultante est versée dans des moules de platre, car le platre absorbe bien l’humidité. Par la suite, la fonderie détermine l’épaisseur souhaitée du produit, le coupe et le laisse pour un traitement ultérieur.

Les vaisselles en céramique sont souvent utilisées dans la cuisine, servant des étangs ou des liquides. Si vous laissez le pot fini sans eau, du liquide s’y infiltre. Par conséquent, les potiers préparent à l’avance un arrosage spécial, qui couvrira le produit. Ensuite, il est finalement brûlé au four et devient un produit fini. Après le tir, les potiers slaves, ainsi que les maîtres de Gavaretchyna (lisez l’histoire des maîtres de Gavaretchyna dans notre matériau Céramique Gavaretchyna. Plus noir que la fumée), utilisent la technique du polissage, c’est-à-dire polir et frotter avec de la cire. Le processus de traite est également largement utilisé :

— Une fois nos plats sortis du four, nous les baignons dans du vrai lait. Plus le lait est gras, plus la couleur est brillante. S’il est dilué, le produit ne sera pas si joli. Nous connaissons déjà notre vache, qui nous donne du bon lait. Ici. Et déjà envoyé à nouveau, au four, les plats sont cuits au lait.

L’Affaire de famille

La poterie devient souvent une affaire de famille. Dmytro Yarovyj est un designer de profession. Pendant longtemps, il a travaillé à Kyiv en tant que directeur artistique d’une édition. Les parents de Dmytro ont lancé l’entreprise de poterie dans les années 90, fabriquant des céramiques à partir d’argile blanche. Le principal marché à cette époque était la Russie. Dès le début des années 2000, ils ont arrêté cette activité car c’était dur, ils gagnaient même de l’argent en revendant des produits. Et puis la guerre a commencé. Après la libération de Sloviansk, Dmytro a décidé de rentrer chez lui et d’aider ses parents :

— Nous avons parlé à ma mère et elle a dit : « Peut-être que cela suffit de travailler pour quelqu’un » ? Ensuite, nous avons demandé une subvention au Programme de développement des Nations Unies et nous avons reçu le montant maximum pour le développement de notre entreprise. J’ai acheté ce bâtiment. En général, nous avions besoin de fonds pour les réparations. Et donc il y a un an ou deux, deux personnes ont tout terminé ici elles-mêmes. Puis, lorsqu’ils ont reçu la subvention, quatre autres personnes ont été employées, puis plus. Maintenant nous avons 12 personnes qui travaillent et cela fonctionne d’une manière ou d’une autre.

Dmytro a appris la poterie auprès d’un potier local, un ancien militaire, avec qui ils travaillent maintenant ensemble dans l’entreprise.

La famille du maître Victoria Popova est également engagée dans la poterie de la deuxième génération :

— Mon père fait ces vaisselle à partir de zéro. Il écrase l’argile, remplit les forme, les démonte, et tout cela parvient à sa mère. Elle le lave, le coupe et fabrique déjà cet appareil, car il a séché. Et puis, après qu’il ait séché, mon mari et moi le transformons, apportons le glaçage à l’intérieur et le mettons à rôtir. Et il y a la mère du mari, qui broie ensuite tout avec du papier de verre. Eh bien, aujourd’hui, un tel processus n’existe presque pas.

Une bonne finition du produit est également très importante. Habituellement, les femmes font ceci ici :

— Il y a du pointu, il y a du dessin par un engobe, il y a un moulage. Les dessins engobe sont très intéressant, vous savez, c’est la même argile liquide dans un tube, elle est pressée, et de tels motifs sont faits.

Il n’y a pas de style de décoration uniforme à Sloviansk. Certaines personnes apprécient les ornements végétaux, tels que les vignes, et certaines personnes se débrouillent bien avec des produits à motifs marins en vente dans les régions côtières de l’Ukraine. Cependant, les spécificités régionales sont toujours présentes, même si l’acheteur ne les connaît pas toujours. Victoria blagues :

— Sur notre marché, ils demandent : « De quel genre de peinture s’agit-il ? C’est peut-être Petrykivka ? ». Je dis: « N’avez-vous pas vu à quoi il ressemble ? Non, — dis-je, — bien sûr que non ». « Et lequel ? ». Je dit : « C’est une peinture de Popov. Comme les Popov l’ont imaginé, il existe une telle peinture ».

La chose principale dans le processus est l’amour pour ce que vous faites. Rester à flot malgré les marchés pauvres et les défis économiques est un véritable art :

— Le tour du potier est comme une marque, vous savez. Comme le café de Lviv : il ne peut pas être insipide. Et la même chose avec ce tour de potier. Eh bien, ça ne peut pas être moche, eh bien, juste parce que c’est le nôtre, et c’est tellement spécial.

— À mon avis, le processus lui-même est plus intéressant. Ici, les produits passent par plusieurs paires de mains : sept, huit. Le verseur remplit les formes, la lavandière le lave, elle y colla le nez, y colla le manche, les filles le décorèrent, le vitrier le vitra, ici il était baigné de lait, et là il sortait du four. C’est la part de chaque personne qui a investi son âme ici.

Le potier Besik Kalandadze est arrivé en Ukraine depuis la Géorgie dans les années 1990. Il a appris le métier à l’âge de 19 ans à Tbilissi, en reprenant les compétences de son cousin. Travailler avec de l’argile demande beaucoup de concentration sur le processus :

— Une personne se développe toujours dans quelque chose. Vous choisissez une direction et vous pouvez tout développer. Si vous faites tout en même temps, rien ne se passera.

Besik s’est marié à Sloviansk dans les années 1990, et bientôt lui, sa femme et ses enfants sont partis pour la Géorgie. Ils ont pensé qu’ils partiraient pour toujours. Cependant, après un certain temps, ils sont retournés à Sloviansk. La poterie a été apportée avec eux. Besik est en fait devenu un professeur de poterie local. De nombreux potiers, qui possèdent désormais leur propre entreprise, ont appris de lui. Aujourd’hui, son usine privée produit des centaines d’unités de poterie chaque jour. La vaisselle est si peu chère que Besik dit que l’entreprise ne survivra tout simplement pas.

Business de poterie

L’élément le plus cher pour les potiers est l’électricité. Mais si tout le monde est obligé de payer l’électricité, alors ils essaient d’éviter les impôts pour les employés, car alors l’entreprise risque de devenir complètement non rentable. De plus, la demande de poterie dans la région a considérablement diminué au cours des dernières années :

— Quand la guerre a éclaté à Sloviansk, il y avait une corporation dans le centre de la ville et il a été fermé parce que les combats ont commencé et que tout s’est arrêté. La même chose s’est produite avec de nombreuses petites entreprises.

Aujourd’hui, les potiers locaux travaillant sur le marché de l’ouest de l’Ukraine gagnent plus que ceux qui se concentrent sur la population locale ou la région environnante, déclare Dmytro Yarovyj :

— Nous avons une telle mentalité parmi les gens que quelque chose est moins cher pour nous, et même si c’est fait là-bas, qui l’a fait. Et le fait qu’il soit fabriqué par un maître, avec ses mains, qu’il soit fait à la main, c’est du passé pour quelques personnes. Pour moi, par exemple, un ami vient d’Italie et me dit : « Wow, c’est cool ! L’as-tu fait toi-même ? » Il l’apprécie. Chaque fois qu’il me commande quelque chose. Il dit : « Fais-moi une bouteille de vin ou de cognac. Combien cela vaut-il ? ». Eh bien, je dis, par exemple, 100 hryvnias (3 euros). Il dit : « Quoi ?! Vous n’appréciez pas votre travail ! » Il dit que ça coûte 50 euros en Italie. Eh bien, nous avons également 100 hryvnias, ce qui est beaucoup pour nous.

À l’avenir, Dmytro prévoit de se concentrer davantage sur le marché européen :

— L’Europe a peut-être besoin de nous. Je pense qu’il est rentable d’avoir des voisins riches, pas pauvres, c’est pourquoi ils nous aident à travailler pour eux, c’est ainsi qu’ils choisissent à quelle entreprise allouer une subvention. Autrement dit, ils voient que nous fabriquons un produit intéressant, puis nous le leur apporterons, nous leur vendrons.

Des certificats appropriés, principalement alimentaires, sont nécessaires pour pénétrer les marchés européens. Habituellement maintenant, la partie européenne s’en préoccupe. L’Europe envoie même des emballages lors de commandes groupées.

Artisanat de la frontière militaire

La guerre a causé des dommages importants aux potiers privés, de nombreux potiers ont subi des dommages matériels. Maintenant, la proximité avec le devant des potiers n’est pas effrayante. Ils partagent des souvenirs de l’occupation de la ville au printemps 2014 :

— Le 12 avril, c’est le jour de l’astronautique, nous avons été capturés et le 5 juillet nous avons appris la bonne nouvelle (nous allions quitter Sloviansk) que tout Sloviansk avait été libéré. Et nous sommes rentrés rapidement à la maison.

Ceux qui font leur propre affaire à Sloviansk n’ont jamais soutenu la puissance occupante. La plupart, bien qu’ils aient perdu leur principal acheteur de Russie, admettent que les Russes continuent de venir pour les produits locaux :

— Comme le dit l’un de nos militants : « Qu’ils achètent nos vaisselle plutôt que des cartouches ».

Paradoxalement, les potiers consacrent souvent une partie de leurs revenus à l’aide à l’armée ukrainienne. Dans ses temps libres, ils réparent des voitures, qui iront ensuite au front.

Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter

— Nous avons ici des brigades de parachutistes : 81e, 80e, 79e, 25e. Eh bien, on a fait beaucoup pour les gars, ici, les tasses sont différentes. Voici, c’est pour les gars du 90e bataillon. Ceux qui étaient à l’aéroport, ont commandé. Ils ont un chevron « Cyborg », on leur a demandé de le fabriquer. Et c’est ce que nous avons fait en chevron. On leur a collé sur des tasses.

— Nous avons également une technique aussi merveilleuse qu’une machine CNC, sur laquelle nous pouvons fabriquer une grande variété de chevrons. Les militaires viennent chez nous, ils apportent leur chevron, nous avons déjà une si petite collection de chevrons des 95e et 81e brigades. Ils nous laissent ce chevron, et grâce à cette machine, nous le transférons à l’ordinateur, de l’ordinateur à la machine, puis la machine sculpte sur le plâtre le motif qui se trouve sur le chevron. Plus tard, les filles le transfèrent dans une tasse de différents volumes, nous avons donc déjà une petite collection. Qui vient à nous, nous faisons tout.

Malgré une impersonnalité temporaire sur le marché, la non-reconnaissance et le manque de soutien de l’État, la poterie de Sloviansk vit et vivra jusqu’au dernier acheteur. C’est une ressource énorme et encore inutilisée pour l’État et son économie. Et ce qui nous reste, c’est de soutenir le commerce de la poterie en achetant une poterie de bonne qualité et, surtout, notre produit.

supporté par

Ce matériel a été traduit par le soutien de l'Institut Ukrainien

Le dossier est préparé par

L'auteur du projet:

Bogdan Logvynenko

Auteure:

Iryna Stepaniak

Rédactrice:

Yevheniia Sapozhnykova

Productrice:

Olha Schor

Photographe:

Pavlo Pakhomenko

Opérateur caméra:

Oleg Sologub

Opérateur caméra,

Ingénieur du son:

Pavlo Pachko

Monteuse:

Anna Vorobjova

Réalisateur:

Mykola Nosok

Éditeur photo:

Oleksandr Khomenko

Transcripteuse audio:

Olia Stulii

Traductrice:

Olga Gavrylyuk

Éditeur de traduction:

Adrien Louvet

Ukrainer est soutenu par

Devenir partenaire

Suivez l'expédition