фотоісторія

Vélos de la victoire

Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter

Les Ukrainiens ont toujours développé leur pays, y compris la culture du cyclisme, jusqu’à l’invasion par la Russie en février. Le quotidien des Ukrainiens a radicalement changé : les uns ont perdu leurs maisons ou leurs voitures, les autres ont perdu leurs proches. Néanmoins, les Ukrainiens continuent à vivre et à reconstruire leurs villes et villages et retrouvent ainsi la force pour se battre et font ce qu’ils aiment, par exemple, du vélo. Dans ces conditions de la guerre, le vélo devient le moyen de transport vital qui permet d’être plus mobile.

Trois photographes de l’équipe d’Ukraїner ont capturé sur leurs photos des Ukrainiens invincibles des territoires libérés de Sévérie et de Polésie de Kyiv. Ces personnes continuent à vivre dans leurs villes et villages, et à les reconstruire. Les vélos : c’est le leitmotiv de cette série de photos avec laquelle les auteurs veulent souligner : les Ukrainiens sont capables de sortir de n’importe quelle situation, même quand l’ennemie envahit leur maison.

Maintenant, il est parfois difficile de reconnaître des localités qui étaient sous l’occupation russe ou qui se sont retrouvés sous les tirs russes ou les bombardements, car les Ukrainiens les reconstruisent activement. Les gens sont déterminés à rétablir au plus vite le rythme normal de vie de leurs villes et villages. Malgré toutes les difficultés, ils nettoient les rues, réparent les immeubles et continuent à faire tout ce qu’ils font le mieux.”

Oleh Pereverzev

Photographe, journaliste photo, documentaliste, membre de l’équipe d’Ukraїner depuis 2019.

“Dans les villes et villages libérés, le vélo est devenu le seul moyen de transport disponible par manque d’essence. Peu importe s’ils sont vieux, grinçants ou rouillés – ils nous permettent de nous rendre à un autre bout de la ville ou du village, apporter des colis humanitaires, rendre visite aux proches et d’être de retour avant le couvre-feu.”

Yurii Stefaniak

Photographe de reportage et documentaire, membre de l’équipe d’Ukraїner depuis 2018.

“Sur les photos des villes et villages libérés, on peut voir que pas mal de locaux se déplacent à vélo. Ça me plaît beaucoup, car pour moi le vélo, c’était toujours le symbole de liberté. C’est comme ça que je perçois les personnes à vélo qui habitent les territoires libérés des envahisseurs russes.”

Konstiantyn Huzenko

Producteur média, photographe, membre de l’équipe d’Ukraїner depuis 2020.

“En tant qu’habitant de Kyiv, j’étais toujours agréablement surpris par la popularité des vélos simple du type “Ukraine”. C’est, pour ainsi dire, le transport du peuple utilisé par tout le monde – des enfants aux personnes âgées. La guerre a juste augmenté la popularité des vélos : la crise d’essence, les problèmes de transport en commun et, finalement, le besoin de survivre de ceux qui n’avaient pas fui les lieux dangereux. Et du coup pour moi, cette image ne symbolise plus une jolie province, mais elle révèle plutôt des problèmes humanitaires.”