Pourquoi les Russes doivent porter la responsabilité de la guerre en Ukraine

Share this...
Facebook
Twitter

La communauté internationale condamne fermement la guerre menée par la Russie contre l’Ukraine et les crimes contre l’humanité commis par les occupants sur les terres ukrainiennes. Des sanctions économiques ont été imposées en réponse aux actions de la Fédération de Russie, et les attitudes vis-à-vis des Russes dans le monde se sont considérablement dégradées.

En conséquence, de nombreux citoyens du pays agresseur se méfient de la russophobie. Ils affirment que Poutine ne constitue pas un représentant de la Russie dans son ensemble, alors pourquoi punir tous les Russes pour la folie d’un seul homme ? Des idées similaires sont exprimées par certains des principaux dirigeants politiques, journalistes et figures culturelles du monde. Cependant, l’attaque contre l’Ukraine est la manifestation d’une idéologie et d’une politique que les Russes soutiennent et financent depuis plus de vingt ans. Ainsi, tous les citoyens de la Fédération de Russie doivent porter la responsabilité de la politique de leur gouvernement.

Engrenage de machine militaire

Ceux qui croient que la guerre d’Ukraine est « la guerre de Poutine » ignorent le fait qu’une invasion à grande échelle – est un projet de vaste ampleur qui nécessite une préparation majeure et la participation d’un grand nombre de personnes : soldats, employés du complexe militaro-industriel et de l’approvisionnement arrière, propagandistes et contribuables. À partir de 2014 (lorsque la guerre russo-ukrainienne a commencé dans l’est de l’Ukraine après l’occupation de la Crimée par la Russie), toutes ces personnes ont mis en œuvre les plans de Poutine ou les ont financés, donc la guerre en Ukraine est aussi leur guerre.

Tortures, viols, exécutions en masse et autres atrocités contre les Ukrainiens civils sont déjà devenus le visage de la guerre à grande échelle. Les crimes contre l’humanité sur le territoire de l’Ukraine sont commis non pas par Poutine lui-même, mais par environ deux cent mille soldats russes. Ce sont eux, et non Poutine, qui bombardent les villes civiles, font voler l’aviation et larguent des bombes sur les bâtiments résidentiels, les écoles, les hôpitaux et les théâtres qui abritent des enfants. Lorsqu’un ordre criminel est donné, c’est néanmoins le soldat qui décide s’il doit l’exécuter ou non. Selon les principes de Nuremberg, formulés après la Seconde Guerre mondiale, « le simple fait d’exécuter un ordre de son commandant », si cet ordre entraîne des crimes de guerre, ne suffit pas comme excuse.

Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter

Ce n’est pas Poutine qui viole les femmes, tire des chars sur des voitures civiles, kidnappe des Maïens et des enfants pour faire chantage à leurs parents, maraude et envoie des biens volés à sa famille. Ce n’est pas non plus lui qui met en place la déportation forcée des Ukrainiens sur les territoires occupés ou vers la Russie.

Les horribles tortures et brutalités infligées aux habitants de Bucha, qui ont choqué le monde entier au début du mois d’avril, n’ont pas été commises par Poutine, mais par des soldats de la Fédération de Russie. Bucha – n’est qu’une ville libérée, et on ne sait pas encore combien d’autres Ukrainiens ont été abattus dans les villes et villages occupés où il n’y a pas de communication mobile ni de journalistes indépendants. Ce qui se cache derrière une telle cruauté – initiative personnelle et désir de faire sa preuve ou obéissance aveugle – n’a pas d’importance, puisque la décision finale appartient en tout cas aux soldats qui choisissent de tuer et de tourmenter.

Ce type de comportement des militaires russes est la conséquence directe de l’éducation et de l’influence sociale, ce qui montre que pas une seule génération de Russes vit selon des valeurs erronées. Plusieurs conversations téléphoniques d’occupants avec leurs proches interceptées par le Service de Sécurité de l’Ukraine en sont la preuve : sur les enregistrements, les parents et les épouses ne condamnent pas les soldats lorsqu’ils leur racontent les atrocités qu’ils commettent, au contraire, ils les encouragent à voler et même à violer.

Hormis les soldats qui participent directement à la guerre sur le territoire ukrainien, il y a aussi des personnes qui travaillent dans le complexe militaro-industriel du pays. Il se compose de milliers de pièces d’équipement qui sont utilisées chaque jour pour tuer des Ukrainiens. L’arsenal russe inclut également des bombes au phosphore, dont l’utilisation est autorisée dans des circonstances très limitées dans le monde civilisé. Les munitions au phosphore sont interdites par les protocoles supplémentaires de la Convention de Genève, dont la Fédération de Russie est l’un des signataires. Néanmoins, le 24 mai 2022, l’État agresseur les a utilisées contre des Ukrainiens dans la ville de Rubizhne, dans la région de Slobozhanshchyna. Selon la Convention sur certaines armes classiques, également ratifiée par la Russie, l’utilisation d’armes thermobariques n’est autorisée que si elle ne menace pas la population civile. Encore une fois, la Russie a manqué à ses obligations, puisque l’État agresseur a largué des bombes thermobariques dès les premières semaines de la guerre.

En 2020, plus de 2,5 millions de Russes travaillaient dans le complexe militaro-industriel de l’État – et ce chiffre ne tient pas compte de l’ensemble du complexe logistique qui est essentiel au maintien de l’armée. Rien qu’au cours des 30 dernières années, la Russie a mené un nombre de guerres rapaces sur le territoire d’États indépendants, alors l’argument que les équipements militaires et les munitions sont exclusivement destinés à la protection et à l’exportation ne tient pas la route. En outre, tout au long de ces huit années de guerre russe contre l’Ukraine, les employés du MIC russe ont renforcé la machine militaire d’un agresseur en sachant où leur équipement est utilisé et en soutenant silencieusement les mensonges du Kremlin selon lesquels « il n’y a pas de militaires russes dans le Donbass ».

La même année, le budget militaire de la Russie a dépassé les 60 milliards de dollars. 60 % de cette somme provient des impôts des citoyens russes, et ce sont donc eux qui, dans une large mesure, rendent possible cette guerre sur le territoire de l’Ukraine.

Pas « ont peur de condamner » mais soutiennent

Ceux qui cherchent de « bons Russes » peuvent arguer que les citoyens de la Fédération de Russie ne peuvent pas vraiment influencer la prise de décision dans le pays, et qu’en raison de la responsabilité pénale pour les fausses informations (en réalité – toute information qui ne suit pas la position officielle des autorités) adoptée en Russie le 4 mars 2022, ils ont tout simplement peur de s’exprimer contre la guerre. Cependant, le gouvernement russe impose ses intérêts aux autres par la violence et les agressions depuis des années, et la population du pays continue de soutenir une telle démarche du Kremlin.

Un certain nombre de sondages indépendants réalisés en Russie en mars 2022 montrent que de 70 à 83 % de la population russe soutient l’invasion de l’Ukraine. En d’autres termes, les gens ne protestent pas contre la guerre non pas parce qu’ils sont prisonniers du régime. Une enquête de CNN montre que quelque 50 % approuvent le recours à la violence pour empêcher l’Ukraine de rejoindre l’OTAN. Même en supposant que les Russes ont peur d’exprimer leur opinion honnête dans les sondages, ils soutiennent par leurs actions les ambitions impérialistes et la politique de leur gouvernement. Un exemple frappant est la joie non masquée des Russes après l’occupation de la Crimée : selon un certain nombre de sondages, 86% à 95% d’entre eux ont acclamé le Kremlin pour ses actions, alors qu’il n’était interdit à personne de parler contre l’annexion à l’époque. Et le fait que, depuis 2014, quelque 48 millions de citoyens de la Fédération de Russie sont partis en vacances en Crimée montre que plus d’un tiers de la population du pays ne voit aucun problème à occuper une partie d’un État indépendant.

Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter

Même la petite minorité de Russes qui prétendent être apolitiques ou qui publient « non à la guerre » dans leurs médias sociaux ne reconnaissent pas nécessairement la nature criminelle de ce que fait l’armée russe. Certains pensent que les deux pays sont responsables, d’autres – que l’Ukraine devrait capituler et renoncer à son droit de choisir indépendamment son vecteur de politique étrangère pour arrêter cette guerre au plus vite.

Selon Aryeh Neier, défenseur des droits de l’homme et cofondateur de Human Rights Watch, Poutine n’a pas toujours eu autant de pouvoir dans la Fédération de Russie. Selon lui, les Russes ont eu 22 ans pour voir venir la tyrannie et l’arrêter, mais ils ne l’ont pas fait. L’actuel président de la Russie a hérité d’un État relativement démocratique où les citoyens disposaient d’outils pour influencer le pouvoir et les décisions politiques. Avant sa première cadence, Poutine était le premier ministre de la Russie et a directement participé à la planification et à l’exécution d’un certain nombre d’« opérations militaires », notamment la sanglante deuxième guerre de Tchétchénie. La brutalité de Poutine n’a pas effrayé les Russes. Au contraire, ils ont perçu Poutine comme une « main ferme » que tout le monde voulait voir à la tête de l’État à ce moment-là.

Lors des années de son règne, Poutine a déclenché un certain nombre de conflits dans les États voisins et une guerre totale avec la Géorgie, tandis que les pressions économiques et politiques étaient et restent l’outil essentiel de la politique étrangère du Kremlin. Il ne dédaigne pas d’utiliser des méthodes de pure propagande pour influencer d’autres États, en appliquant la politique du « soft power » dans les sphères culturelles et religieuses, par le biais des médias et en prétendant protéger les droits de la communauté nationale russe. Tout cela est soutenu par les Russes ordinaires car, comme l’explique Oleksandr Nevzorov, célèbre journaliste russe et ancien député de la Douma, « pendant près d’un siècle et demi, l’État a été obsédé par diverses idées impériales, une mégalomanie constante et la violence ».

Créateurs passifs d’un régime autoritaire

Les Russes sont souvent pris en pitié parce qu’ils vivent dans un régime autoritaire, où personne ne respecte les droits de l’homme et où les autorités contrôlent tous les médias. Cependant, les Russes ont observé ce régime se construire sur le sang de leurs compatriotes pendant 22 ans et n’ont pas pu ou voulu résister à la terreur.

Sous sa présidence, Poutine a intensivement consolidé le pouvoir dans ses mains et transformé les branches du gouvernement en outils aveugles de sa volonté. En 2002, la Douma a adopté un projet de loi sur la « lutte contre les activités extrémistes », sorte de base juridique pour les représailles contre les opposants au régime de Poutine. Ensuite, ils ont créé et soutenu des organisations de jeunesse « patriotiques » loyales aux autorités, qui ont lancé des raids contre les organisations de gauche, les défenseurs des droits de l’homme et les journalistes ; les autorités ont ainsi neutralisé le groupe le plus proactif de la population du pays. Sous l’effet de cette terreur, la résistance s’est affaiblie, et tous les dissidents ont été emprisonnés ou ouvertement éliminés. L’écrasante majorité des Russes a fermé les yeux sur ces crimes. En conséquence, des années plus tard, la population s’est retrouvée dans un régime autoritaire sans liberté d’expression et sans droit de déterminer l’avenir de leur pays.

Certains pourraient faire remarquer que les Russes ont été exposés à une propagande très cohérente pendant toutes ces années et que ce niveau de soutien au président actuel de la Fédération de Russie et une réaction passive à la pure répression sont le résultat de cette propagande. Effectivement, la Russie consacre d’importantes ressources à la propagande. En 2020, près de 500 000 journalistes l’ont créée et diffusée – ce chiffre a été annoncé par le président de l’Union des journalistes de Russie, M. Soloviov. Le budget des médias d’État s’élevait cette année-là à 1,3 milliard également payé en grande partie par les impôts des Russes

Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter

Selon Frederick Kagan, expert en histoire russe et soviétique, dès son premier jour en tant que président, Poutine a développé le mythe selon lequel la Russie se trouve dans une situation aussi difficile non pas parce que le système économique de l’Union soviétique était non viable, mais parce que l’Occident a tout fait pour que la Russie se dégrade. Ce récit est bien étayé par le mensonge selon lequel l’Occident collectif a décidé de continuer à gâcher la vie de la Russie en soustrayant l’Ukraine à l’influence russe.

Les récits inventés et diffusés par la propagande russe sur les manifestations ukrainiennes de l’Euromaïdan financées par les pays occidentaux, sur les néonazis également financés par l’Occident, et même les histoires absurdes de BioLabs soi-disant créés en Ukraine qui disposent d’armes secrètes destinées à détruire les Russes s’inscrivent logiquement dans ce canevas de concepts substitués et de relations de cause à effet déformées.

L’EUROMAIDAN, OU LA RÉVOLUTION DE LA DIGNITÉ
Manifestations contre la corruption, contre l’arbitraire des forces de l’ordre, et en faveur du vecteur européen de la politique étrangère de l’Ukraine qui ont eu lieu dans les villes ukrainiennes en 2013-2014.

ДCertains peuvent vraiment ressentir une certaine compassion pour les Russes qui ont subi un lavage de cerveau pendant 22 ans. Mais en revanche, affirme Peter Dickinson, chercheur au Conseil atlantique, nous vivons au XXIe siècle, où presque tout le monde a accès à l’internet et donc à des sources d’information alternatives, ce qui permet de contrer la propagande. Par ailleurs, aujourd’hui, tout le monde en Europe et en Russie sait comment la propagande nazie a été créée et efficacement promue et à quoi peut mener l’idée de la « supériorité » d’une nation sur les autres. Cependant, les Russes se sont laissés manipuler et ont fermé les yeux sur les conflits sanglants que le Kremlin a déclenchés avec leur soutien et en leur nom.

Punition individuelle mais responsabilité collective

Même à l’heure actuelle, de nombreux Russes accusent le monde entier d’agressions soi-disant injustifiées à leur encontre, de russophobie et d’« abolition » de leur culture, et se plaignent que cela a été « difficile » pour eux aussi. La réticence des Russes à réaliser leur implication dans la tragédie en Ukraine (« nous n’avons pas voulu cela »), les tentatives de convaincre le monde que les citoyens ordinaires de la Fédération de Russie « défendent la paix » contribuent à la diffusion dans les pays européens du récit sur les « bons Russes » qui ne sont pas coupables des crimes de Poutine. En fait, cela fait également partie de la machine de propagande globale du Kremlin, qui vise à susciter la compassion de la communauté européenne pour les Russes ordinaires et, par conséquent, à alléger la pression économique sur la Russie.

Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter

Un exemple éloquent de cette politique est l’histoire de Maryna Ovsiannikova, une journaliste de la chaîne russe Pervyi. Au début du mois de mars 2022, cette femme est apparue dans le programme d’information Vremya avec une affiche contre la guerre et a ensuite enregistré un appel dans lequel elle a dit comment elle regrettait de diffuser la propagande russe. De nombreuses questions se posent quant à la crédibilité de ses actions, à commencer par la manière dont elle a réussi à entrer dans le studio d’un média contrôlé par l’État avec une affiche, jusqu’à la punition trop douce pour avoir violé les lois de la Fédération de Russie. Ayant reçu la sympathie du monde entier, Ovsiannikova a non seulement obtenu un emploi dans un média allemand respecté et l’autorisation de couvrir les événements en Ukraine, mais elle a également créé la base pour promouvoir le mythe des « bons Russes ». Aujourd’hui, la propagandiste appelle à supprimer les sanctions contre la Russie.

Le fait que les Russes tentent d’inonder massivement l’espace d’information de leurs désagréments dus aux sanctions (un magasin de meubles a fermé, une marque de vêtements préférée a quitté le marché ou il est impossible de s’abonner à un service musical) montre qu’ils n’ont aucune empathie pour les Ukrainiens touchés par la guerre et qu’ils demandent plus d’attention à leurs problèmes qu’aux personnes qui ont perdu des proches, leur maison, leur santé ou ont été torturées. Les sanctions économiques sont l’une des rares raisons qui poussent les Russes à au moins remarquer cette guerre et à s’inquiéter de son déroulement. Quoi qu’il en soit, ils n’osent pas s’exprimer activement sur d’autres sujets « politiques ».

En qualifiant l’invasion russe de l’Ukraine de « guerre de Poutine », les dirigeants politiques, les journalistes, les personnalités culturelles et les citoyens ordinaires des autres pays sous-estiment les conséquences sociales de plus de vingt ans de propagande et de répression. Même si l’autocrate est écarté du pouvoir, la haine, l’agressivité et les ambitions impériales demeureront dans la société russe. Dans le contexte de la crise économique qui prend déjà de l’ampleur dans le pays et du vide politique, cela peut conduire à la recherche de nouveaux ennemis extérieurs et de nouveaux conflits sanglants. Pour éviter cela, il est crucial d’expliquer aux citoyens de la Fédération de Russie que ce sont les actions ou la passivité de chacun d’entre eux qui ont conduit à cette situation. Ainsi, tous les Russes devraient être tenus responsables de ce qui a été fait sur le territoire de l’Ukraine afin de comprendre le coût de l’inaction et d’apprendre à coexister pacifiquement avec d’autres États indépendants à l’avenir.

Photo: Yevhenii Feldman

La question de la responsabilité collective de la société pour les crimes d’une partie de cette société est devenue un sujet de recherche populaire après la Seconde Guerre mondiale. À l’époque, l’idée que la mort d’Hitler ou la dissolution du parti national-socialiste soient suffisantes semblait absurde. En témoigne notamment la déclaration de Franklin Roosevelt, le président américain de l’époque, selon laquelle « le peuple allemand devrait comprendre que la nation entière a participé à la criminalité, à une conspiration contre la civilisation moderne ». Carl Jung partageait la même opinion. Le psychologue affirmait que, consciemment ou pas, tous les Allemands participaient aux horreurs de la guerre. Le philosophe Karl Jaspers a accordé une attention considérable au problème de la culpabilité collective. Au cours de conférences qui ont finalement été publiées sous la forme d’un livre intitulé « Sur la question de la culpabilité », le scientifique a noté que tous les Allemands devaient assumer, à des degrés divers, la responsabilité des crimes du régime nazi, car ils n’ont pas empêché l’instauration d’une dictature.

La responsabilité collective des Russes dans la guerre en Ukraine ne signifie pas que tout le monde est également à condamner. La pénalité doit être proportionnelle. Les soldats qui ont commis des crimes de guerre sur le sol ukrainien, les officiers qui ont donné des ordres criminels, les employés de l’appareil d’État et les propagandistes russes sont directement impliqués dans la tragédie ; ils doivent donc être tenus au criminel. Mais tous les autres – ceux qui ont soutenu les actions de l’armée russe et exprimé leur haine des Ukrainiens, et ceux qui sont restés silencieux – devraient ressentir les conséquences de leurs actions ou de leur inaction, au moins par le biais de sanctions économiques et de restrictions internationales. De telles incitations de la part des pays occidentaux ont aidé l’Allemagne d’après-guerre à prendre conscience de son rôle dans les crimes du régime nazi, on peut donc attendre qu’elles aident encore à expliquer aux Russes leur responsabilité dans les actions du régime de Poutine. La société russe ne peut être transformée que si ce type de compréhension est partagé. Et sans une telle transformation, il ne faut pas espérer une paix à long terme dans le monde.

Le dossier est préparé par

L'auteur du projet:

Bogdan Logvynenko

Auteure:

Nalini Ratnakar

Rédactrice en chef:

Natalia Ponedilok

Rédactrice:

Kateryna Lekhka

Éditeur photo:

Yurij Stefaniak

Responsable de contenu:

Yana Rusina

Traductrice:

Nalini Ratnakar