Qu’est-ce que l’Académie ukrainienne de Leadership ?

16 novembre 2020
Share this...
Facebook
Twitter

Au fil des ans, l’Ukraine a formé des dizaines de milliers d’étudiants qui n’ont même pas exercé leur profession un seul jour. L’Académie ukrainienne de leadership a vu le jour en raison du désir de changer cette situation et de créer en Ukraine une alternative au modèle traditionnel d’apprentissage, basé seulement sur l’obtention de diplômes. Les diplômés de l’AUL ne reçoivent pas de diplôme. Au lieu de cela, après 10 mois d’études à l’académie, les jeunes apprennent à être des leaders dans n’importe quel domaine — entreprise, service public ou activité sociale.

Au cours des cinq dernières années, des projets d’éducation non formelle sont apparus et se développent activement en Ukraine, constituant un excellent complément à l’éducation traditionnelle. Parmi ces initiatives, l’Académie ukrainienne de Leadership, une plate-forme éducative non formelle pour les diplômés et les étudiants âgés de 16 à 20 ans, est particulièrement significative.

Le processus de formation dans AUL dure 10 mois et le programme combine des éléments de développement physique, émotionnel et intellectuel. L’académie ne délivre pas de diplôme officiel, mais elle apprend aux jeunes à analyser les phénomènes sociaux, les encourage à améliorer leur pays et les aide à décider d’une future profession et à développer leurs compétences en leadership.

Développement de la personnalité

Les approches informelles de l’enseignement de l’AUL contestent les méthodes héritées d’un système éducatif conservateur post-soviétique. Par exemple, l’année scolaire à AUL ne commence pas par une célébration officielle mais par l’ascension vers Petros — l’une des plus hautes montagnes des Carpates ukrainiennes. Pour l’AUL, c’est un symbole du sommet conquis, car ils se rejoignent tous ensemble.

En général, l’AUL souligne que les changements structurels à long terme dans la société commencent avec les jeunes et que le moteur de l’académie est « Créer soi-même — créer l’Ukraine! Chaque demain commence aujourd’hui. »

Roman Tytchkivskyi, directeur et fondateur de l’AUL, explique que la priorité de l’académie est de développer la personnalité de chaque étudiant.

L’équipe de mentors et la communauté étudiante partagent l’idée d’être authentique
; les étudiants sont encouragés à prêter attention au développement personnel et à comprendre que chaque futur leader a besoin d’une approche spéciale :

— Nous investissons beaucoup dans le travail individuel. Nous voulons entendre le jeune homme dire quelles sont ses aspirations, ce qu’il veut, et pas seulement ce qu’il veut — s’il a la capacité et le désir de développer des compétences pour atteindre ces objectifs.

Roman Tytchkivskyi lui-même a fait la connaissance de l’institut de mentorat dans les camps PLAST, qu’il visitait chaque été alors qu’il vivait dans sa ville natale de Rogatyn en Galice. À l’âge de 16 ans, il est devenu finaliste du programme international Future Leadership Exchange (FLEX) et a passé un an aux États-Unis, se familiarisant avec le système éducatif local. À son retour, incertain de sa future perspective professionnelle, Roman entre à la Faculté d’économie de l’Académie Kyiv-Mohyla. La communauté Mohyla a donc influencé ses choix.

— À Mohylyanka (l’Académie Kyiv-Mohyla), j’ai rencontré des gens qui voulaient se développer et construire leur monde autour d’eux de manière responsable à travers leur travail. Cette histoire m’a beaucoup inspiré parce que comme ça vous pouvez atteindre l’île de l’espoir, de la force et de la foi en demain.

En 2015, au Kyiv Employer Branding & Engagement Forum, organisé par le Western NIS Enterprise Fund, Roman s’est inspiré du discours du vice-ministre israélien de l’Éducation Erez Eshel sur l’apprentissage non formel et a commencé à incarner l’idée dans une académie de leadership.

Roman explique ce que signifie le leadership pour les étudiants de l’académie.

— Il y a un type de leadership, nous l’appelons « garder le feu commun », quand il y a une certaine idée, une certaine suggestion, et bien sûr, quelqu’un l’initie, mais en même temps cela amène les gens autour pour obtenir du soutien et développer cette idée.

Système de l’Académie

L’AUL est le produit d’une analyse approfondie des expériences passées, présentes et internationales de l’Ukraine, son objectif est d’inventer l’avenir. Il a été établi sur le modèle de la « mechina » israélienne, un programme de formation au leadership des jeunes qui a été lancé en Israël il y a plus de 20 ans, et a finalement abouti à un réseau de 60 centres à travers le pays.

Roman a réussi à convaincre Yaroslava Jonson et Olena Kocharna qui ont aidé à allouer les ressources nécessaires pour le début de l’académie, ce qui a fait du rêve une réalité. Pendant plus de quatre mois, Roman a travaillé avec Andrij Zelinskyi sur le concept de AUL. L’idée de créer l’Académie ukrainienne de Leadership a été bien soutenu par plusieurs personnalités publiques bien connues, telles que Svyatoslav Vakarchuk, Victor et Valentina Zotova, Oksana Ruda, Vladislav Troitsky, Natalia Popovytch, Borys Gudziak, Borys Gudzych, Denis Yaroslav Grytsak et autres.

La première branche de l’Académie ukrainienne du leadership a commencé ses activités à Kyiv en septembre 2015. Auparavant, la sélection des futurs étudiants durait trois mois. En tenant compte de la notation de l’évaluation externe indépendante, l’équipe d’AUL s’est rendue dans les meilleures écoles de différentes régions d’Ukraine, communiquant avec les étudiants sur les approches progressives de l’apprentissage et leur vision du leadership, de la responsabilité et du patriotisme. Après la fin de cette tournée, 240 étudiants ont postulé à l’académie. Finalement, après une sélection supplémentaire, les 39 premiers étudiants de l’académie ont été inscrits. Par ailleurs, pour la quatrième sélection, environ 11 000 candidats ont postulé pour étudier à l’AUL.

Initialement, le centre de l’académie de Kyiv était basé littéralement dans une forêt, dans un endroit loin de la ville appelée Pushcha-Vodytsia, qui est officieusement appelée le « Poudlard ukrainien ». Cependant, cet endroit fabuleux a finalement dû être quitté, et maintenant la succursale centrale de l’AUL est à la recherche d’un nouvel endroit, séjournant temporairement dans un complexe hôtelier.

Cependant, l’AUL n’est pas basée uniquement à Kyiv. Depuis sa création, l’académie n’a cessé de s’étendre avec des unités régionales. Aujourd’hui, vous pouvez trouver de telles académies à Lviv, Poltava, Tchernivtsi, Kharkiv, Mykolaiv et Mariupol.

Étudier à l’académie est presque gratuit. Les étudiants sont invités à payer un don de 5 000 UAH pour le programme annuel, bien que les frais de scolarité et du séjour d’un étudiant dans l’académie soit d’environ 230 000 UAH. Toutes les familles ne peuvent pas couvrir ces dépenses. Par conséquent, chaque étudiant reçoit une bourse.

Une telle approche est actuellement mise en œuvre du fait que, pour obtenir un soutien, l’équipe de l’académie rassemble des entrepreneurs, le gouvernement, des municipalités, des donateurs institutionnels et la diaspora ukrainienne. L’AUL est activement soutenue par certaines municipalités, où opèrent les branches de l’académie, en particulier à Mykolaïv, Marioupol, Kharkiv et Lviv. Parmi les donateurs de l’académie il y a également des entrepreneurs ukrainiens. Par exemple, la famille de Victor et Iryna Ivantchyk, les fondateurs de la fondation caritative « Croyez en vous », a lancé à un moment donné la création d’une succursale dans la région de Poltava, et l’homme d’affaires de Bukovyna Roman Klichuk — à Tchernivtsi.

Pour devenir étudiant, vous devez compléter trois étapes de qualification : d’abord, vous devez remplir le formulaire de candidature, puis le candidat est invité à la sélection régionale dans la branche la plus proche de l’académie, et à la fin la sélection au niveau national a lieu. Lors du processus de sélection, la résilience personnelle, la logique, l’endurance, la pensée critique et la capacité à travailler en équipe sont prises en compte.

La semaine de formation AUL dure six jours, au lieu des cinq traditionnels. Les étudiants vivent chaque jour selon des horaires détaillés, dans lesquels les trois types de développement sont combinés. Un mentor suit les progrès individuels de chaque élève. Le mentor est un enseignant expérimenté, qui accompagne le mentoré tout au long de tous les cours d’études à l’académie. Les mentors aident à déterminer les objectifs en analysant les actions, en offrant un soutien avec des conseils et en réfléchissant avec les étudiants.

Ce qui est enseigné dans l’AUL

La formation d’AUL est basée sur trois principaux piliers : de bons professeurs, de bons livres et une grande expérience. Roman Tytchkivskiy explique qui appartient exactement à la première catégorie citée ci-dessus.

— Les meilleurs professeurs des meilleures universités d’Ukraine enseignent dans l’académie de leadership — une « équipe nationale » d’entrepreneurs, de fonctionnaires, d’hommes politiques, de personnalités culturelles et de dirigeants d’autres domaines.

Les enseignants de l’académie ne sont pas seulement des experts dans leur domaine, mais aussi des personnes bien connues, généralement appelées leaders de l’opinion publique. Parmi eux, l’aumônier militaire Andriy Zelinskij, la linguiste Orysia Demska, l’entrepreneur et activiste social Valery Pekar, le directeur de l’École d’analyse politique de la NaUKMA, le politologue Maksym Yakovlev, l’économiste et spécialiste de la gestion stratégique Mykhailo Kolisnyk, le professeur du Family Business Center LVBS Mykhailo Vinnitsky , fondateur de la Kyiv Mohyla Business School (KMBS) Pavlo Cheremeta, expert en plaidoyer et lutte contre la corruption Yaroslav Yurtchychyn, les historiens Yaroslav Grytsak et Vakhtanh Kipiani et autres.

Les cours de l’académie comprennent des disciplines non habituelles, telles que la dynamique intégrée et la gestion des rêves, ainsi que les bases des premiers secours, du leadership, de la politique, de l’efficacité personnelle, de la gestion de projet, des études religieuses, d’une culture de la pensée, etc.

En général, l’académie propose diverses sciences à étudier : communication, psychologie des relations, logique pratique, gestion financière, dynamique intégrée et travail avec le futur, sociologie, philosophie, histoire et philologie. Parmi la variété des matières, les élèves trouvent ce qui leur convient — ce qu’ils aiment le plus à apprendre — et se retrouvent donc dans leur futur domaine d’activité.

Une condition préalable au développement intellectuel au sein du programme d’AUL est l’herméneutique : lecture, interprétation et discussion de textes. Par exemple, les étudiants peuvent lire et discuter de la politique fondamentale d’Aristote avec Yaroslav Grytsak, qui est professeur à l’Université catholique ukrainienne et chargé de cours « L’histoire brève mais globale de l’Ukraine » et « Les grands livres ».

Les étudiants de l’AUL acquièrent des connaissances non seulement de façon théorique dans la dimension de livres, mais aussi à travers des expériences utiles et socialement importantes directement sur le terrain. Le volontariat et l’engagement communautaire sont des facteurs essentiels pour façonner les expériences des élèves. L’académie comprend que même à 17 ans, il est possible d’influencer l’esprit des gens et de changer leur vie.
Roman Tytchkivskiy explique comment se déroule cette formation :

— Ils font du bénévolat dans les hôpitaux, dans les écoles, c’est-à-dire, que nous leur donnons l’opportunité de voir qu’ils pourront changer la vie de ceux qui sont plus faibles qu’eux, ou qui y sont plus sensibles et qui ont besoin de ce soutien aujourd’hui. On ne peut pas toujours s’attendre au soutien du gouvernement, et quand un jeune homme de 17 ans agit, il voit son résultat.

Par exemple, grâce au projet social « Boomerang », les étudiants prennent soin des personnes âgées. En particulier, ils organisent des soirées de poésie pour eux, enseignent le yoga, préparent des tartes ensemble et discutent de divers sujets.

Apprentissage conscient

Roman Tytchkivskiy décrit trois principes de base pour les étudiants de l’Académie ukrainienne de leadership.

— Tout d’abord, c’est la foi en vous-même. Si vous voyez le chaos et que vous voulez l’apprivoiser ou créer quelque chose de bien, alors vous devez croire en vous. Deuxièmement, vous devez croire en ceux qui vous entourent, car vous ne pouvez jamais le faire seul. Et la troisième chose est de croire au pouvoir irrésistible du bien, car nous croyons que chacun de nos étudiants et de nos diplômés est un changement concret positif dans la société.

Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter

L’académie aide les étudiants à choisir délibérément leur future orientation, en se concentrant sur les domaines de l’entreprenariat, de l’éducation et de la science, de la sécurité nationale, des soins de santé et du gouvernement. L’équipe de l’AUL, dirigée par Roman Tytchkivskiy, croit sincèrement que dans dix ans, il sera possible de voir les résultats des études à l’académie sur l’exemple des diplômés, qui changeront le pays pour le mieux, occupant des postes de responsabilité dans l’administration publique.

De plus, les études à l’AUL permettent aux jeunes de se sentir impliqués non seulement dans la politique intérieure du pays, mais aussi dans la politique étrangère. Les étudiants sont des ambassadeurs de l’Ukraine. Au cours de l’année, ils font deux expéditions : en Israël, où ils vivent avec des étudiants israéliens dans les mechinas qui sont devenues un modèle pour l’AUL, et dans les pays de l’UE pour y étudier l’expérience locale du développement. Pourquoi ces voyages sont-ils appelés expéditions ? Parce que les étudiants vivent dans des communautés locales, visitent diverses institutions gouvernementales, communiquent avec les dirigeants des États, explorent les domaines de la formation du gouvernement, de l’éducation, de la sécurité nationale et de la défense, de l’entrepreneuriat — ils peuvent voir et analyser le pays de l’intérieur. Dans les exemples d’autres pays, l’équipe de l’académie tente de montrer aux étudiants ce qu’il faut pour bâtir un État fort. Au cours de ces voyages, les étudiants communiquent souvent avec d’éminents dirigeants internationaux, par exemple, ils ont rencontré à deux reprises l’ancien président du Conseil européen Donald Tusk à Bruxelles.

Approches éducatives non conformes

Au début de leurs études, les étudiants de la première sélection ont été confrontés à un défi difficile, comme celui de l’explorateur britannique Ed Stafford : un stage de trois jours de survie en milieu naturel. Tout ce qu’ils pouvaient emporter avec eux n’étaient que trois des choses les plus essentielles pour survivre dans les bois. Roman souligne que l’idée d’égalité était très importante lors de ce défi :

— C’étaient les conditions de la vie animale, où ils ont subi les mêmes tests et, étant divisés en deux équipes, ont dû montrer un résultat conjoint définitif. Comment ils ont obtenu leur nourriture, comment ils ont construit leurs maisons, comment ils ont navigué dans la nature, comment ils ont construit une canne à pêche à partir des matériaux disponibles pour attraper du poisson dans le Dnipro, sinon ils n’auraient rien à manger pour le dîner.

Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter
Share this...
Facebook
Twitter

Depuis, des activités comme celles-ci font partie du programme de l’académie. Les étudiants sont coupés de la communication et de la civilisation et vivent ensemble dans des environnements naturels pendant un certain temps. De cette façon, l’académie enseigne aux étudiants l’endurance, le sens du travail d’équipe et la valeur des compétences pratiques.

Cependant, tout le monde n’est pas prêt à accepter toutes les approches traditionnelles de l’apprentissage, dont l’AUL regorge. Étant donné que l’éducation non formelle commence à peine à prendre de l’ampleur en Ukraine, certains parents refusent de laisser leurs enfants essayer l’apprentissage informel. Roman Tytchkivskiy a eu des conversations avec les parents d’élèves potentiels de l’AUL pour les persuader de laisser leur enfant « réfléchir » pendant encore 10 mois. Un jour, une étudiante a demandé à Yaroslava Zelinsky-Johnson (pour en savoir plus sur Yaroslava Johnson dans notre histoire), la responsable du Western NIS Enterprise Fund, qui a aidé au financement de l’académie depuis le tout début, de persuader ses parents de la laisser étudier. Yaroslava a répondu à cette demande.

La communauté des anciens

Les diplômés de l’académie deviennent des étudiants des universités les plus prestigieuses d’Ukraine et à l’étranger. De plus, ils ne s’arrêtent pas à ce qui a été réalisé à l’académie, mais continuent plutôt à développer les projets qui y ont commencé.

Parmi ces projets figure « L’espace libre », un environnement créé par des diplômés de l’académie pour la vie, le développement personnel et l’action sociale des jeunes actifs. Les résidents de « L’espace libre » sont des personnalités publiques actives et des étudiants des principales universités ukrainiennes.

Un autre projet intéressant qui a été créé par des anciennes étudiantes est GLC : Girls ’Leadership Community est une communauté qui rassemble et soutient les jeunes filles, et les aide à développer une position civique active, ainsi qu’à réaliser leurs rêves.

L’académie s’occupe des étudiants après l’obtention de leur diplôme, en offrant des possibilités de stages et d’emploi, et s’engage dans des programmes internationaux, des forums et des formations au nom de l’AUL.

La communauté des anciens étudiants de l’AUL est active dans différentes villes d’Ukraine. Cette année, le club des anciens de l’Académie ukrainienne de leadership « Sofia » a commencé à travailler afin de promouvoir le développement des diplômés de l’AUL et de mettre en œuvre les projets qu’ils sont sur le point de créer.

Le chef de l’AUL, Roman Tytchkivskiy, a déjà diplômé quatre générations d’étudiants. Il est convaincu que les diplômés de l’académie sont les créateurs d’un avenir prospère pour le pays, car ce sont aujourd’hui des jeunes, des gens intelligents avec des projets ambitieux, et demain ils seront membres du gouvernement et chefs d’institutions d’État.

Résumant ce qui a été accompli en quatre ans, Roman définit la philosophie de l’académie ukrainienne de leadership, qu’il met constamment en œuvre avec son équipe :

— Nous sommes l’Ukraine ! C’est une définition qui nous aide à nous sentir responsables de ce qui se passe ici. Nous devons être ici pour en tirer le meilleur parti, pour que cette Ukraine dont nous rêvons tous ait des gens qui puissent la créer. Nous sommes protégés et nous devons protéger l’avenir grâce à une éducation de qualité et au processus d’information approfondie que nous mettons en œuvre ici.

supporté par

Ce matériel a été traduit par le soutien de l'Institut Ukrainien

Le dossier est préparé par

L'auteur du projet:

Bogdan Logvynenko

Auteure:

Jana Mohonchouk

Rédactrice:

Natalia Petrynska

Productrice:

Olha Schor

Photographe:

l'Académie ukrainienne de Leadership

Opérateur caméra:

Pavlo Pachko

Oleg Martchuk

Nikita Mekenzin

Opératrice caméra:

Mariia Terebous

Monteuse:

Anna Vorobjova

Réalisateur:

Mykola Nosok

Graphiste:

Anastasija Zafijovska

Éditeur photo:

Oleksandr Khomenko

Transcripteuse audio:

Ilona Mykolayichyn

Traductrice:

Yuliya Leontieva

Éditeur de traduction:

Emmanuel Graff

Ukrainer est soutenu par

Devenir partenaire

Suivez l'expédition