Share this...
Facebook
Twitter

« Le danger (l’utilisation d’armes nucléaires) est sérieux, il est réel, il ne faut pas le sous-estimer », – de tels sont les signaux que la Russie envoie au monde par la voix de son ministre de Ministère des Affaires étrangères dans la nuit du 26 avril 2022. C’est ce jour-là, il y a 36 ans, que s’est produite la plus grande catastrophe d’origine humaine de l’histoire de l’humanité – l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl. Le 26 avril 1986, cette date a changé la vie de toute une génération, a rendu radioactive la ville de Pripyat et la zone de 30 kilomètres qui l’entoure pendant des milliers d’années et a accéléré l’effondrement de l’Union soviétique. La catastrophe a coûté la vie à des milliers de personnes et affecté la vie de millions de personnes.

Chaque année, le 26 avril, cette tragédie est commémorée par une action symbolique. Les membres de l’organisation non gouvernementale internationale « Center PRIPYAT.com » ont allumait autant de bougies dans le centre de Pripyat que d’années se sont écoulées depuis l’accident de Tchernobyl. Les gens du monde entier pourraient soutenir ce flashmob chez eux. Chaque nouvelle bougie témoignait d’une autre année de compréhension des leçons de la tragédie.

Avec le début d’une invasion à grande échelle, l’armée russe constitue une menace pour les installations nucléaires en Ukraine – bombardant des centrales nucléaires, détruisant des installations de stockage de déchets nucléaires ect. La centrale nucléaire de Tchernobyl, qui était sous occupation russe depuis plus d’un mois, a été complètement mise hors tension pendant plusieurs jours en mars en raison des actions de l’armée russe. Cela constituait une menace de rejet de substances radioactives dans l’environnement en raison de l’arrêt du système de refroidissement de l’installation de stockage des déchets nucléaires.

Les 6 et 10 mars, les occupants ont bombardé le district de Pyatyhatka, où se trouve l’Institut national de physique et de technologie de Kharkiv, et ont mis hors tension l’installation nucléaire subcritique de recherche « La source des neurones ». Le 16 avril, trois missiles russes pourraient toucher le réacteur nucléaire de la centrale nucléaire d’Ukraine du Sud. Le 25 avril, deux missiles de croisière russes ont été enregistrés volant à proximité critique de la centrale nucléaire de Khmelnytskyi.

Le 4 mars, des bâtiments et des unités de la plus grande centrale nucléaire en Europe, celle de Zaporijjia, ont été bombardés. La plus grande centrale nucléaire d’Europe est actuellement sous occupation russe. Les occupants ont gardé des armes lourd et des munitions directement sur le site de la centrale nucléaire de Zaporijjia, transformant ainsi la centrale nucléaire en base militaire et terrorisant le personnel de la centrale nucléaire et la population de la ville satellite.

Et dans la nuit du 26 avril, deux missiles de croisière russes ont survolé la station à basse altitude en direction de Zaporijjia.

La zone de Tchernobyl, libérée le 31 mars, a été à moitié détruite, et les résultats de travail de dizaines de milliers de personnes ont été littéralement écrasés par les occupants russes. Il semble que beaucoup de gens ne semblent pas avoir tiré de conclusions de la catastrophe de 1986. Par conséquent, cette année à la frontière de la Zone (car l’entrée de celle-ci est toujours fermée) a commencé à compter à partir de zéro, n’allumant qu’une seule bougie dans la nuit du 26 avril.

Aujourd’hui, les Russes peuvent (et il semble ils le veulent) à créer une catastrophe d’origine humaine encore plus grande en Ukraine. En menaçant les installations nucléaires de l’Ukraine et en menaçant de guerre nucléaire, la Russie menace le monde.

En 1986, de nombreux Ukrainiens, en perte de santé, ont participé aux conséquences de l’accident de Tchernobyl. Aujourd’hui, les Ukrainiens doivent à nouveau risquer leur vie pour arrêter l’État terroriste et son armée, qui a déjà commis un certain nombre de crimes nucléaires et n’a pas l’intention d’arrêter. Le monde entier peut et doit arrêter la Russie.

Le dossier est préparé par

L'auteur du projet:

Bogdan Logvynenko

Auteure:

Natalia Ponedilok

Rédactrice:

Yevheniia Sapozhnykova

Éditeur photo:

Yurij Stefaniak

Responsable de contenu:

Yana Rusina

Traductrice:

Anna Jezerska